Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.

Les datas et la 3D pour trouver chaussure à son pied !

Le fabricant de chaussures danois Ecco a présenté, au Bon Marché, son expérience de personnalisation de chaussures « Quant-U », développée en collaboration avec Dassault Systèmes. Ou comment trouver chaussure à son pied en imprimant en live et en 3D une semelle sur-mesure à partir de données physiques recueillies sur le point de vente.

 

C’est une expérience qui préfigure peut-être le retail de demain. Du 22 février au 23 avril derniers, le fabricant de chaussures danois Ecco a dévoilé, au Bon Marché, une plateforme de personnalisation de chaussures sur le lieu de vente très innovante, baptisée « Quant-U » et développée en collaboration avec Dassault Systèmes. Mais il n’est pas question ici de choisir la couleur de ses lacets ou de floquer ses baskets à son nom. Avec Quant-U (pour Quantified You), la personnalisation des chaussures entre dans une nouvelle dimension, celle des datas au service de l’individualisation du produit.

Concrètement, le consommateur se rend en magasin où il est soumis à un exercice de mesures en marche sur un tapis roulant (pendant 30 secondes) qui sert à recueillir un grand nombre de données relatives aux caractéristiques physiques du client. Après le test d’effort, les données, anonymisées, sont hébergées, processées et optimisées pour l’impression 3D grâce à la plateforme 3DExperience de Dassault Systèmes et son logiciel Catia. Les données sont ensuite renvoyées en magasin pour l’impression 3D d’une semelle intercalaire qui répond parfaitement aux besoins de confort et de performance individuelle du client.

 © Dassault Systèmes

LA PERSONNALISATION AU SERVICE DU DRIVE-TO-STORE

Les semelles sont donc imprimées en live, dans le point de vente, sur une machine 3D du constructeur allemand German RepRap, à partir d’une silicone spécialement développée par l’industriel américain Dow Chemicals. « La silicone possède des propriétés anti-bactériennes et des caractéristiques exceptionnelles de durabilité et de souplesse, tant sur le plan statique que dynamique », explique Patrizio Carlucci, directeur de l’Innovation Lab chez Ecco Shoes. Il faut une heure pour imprimer une semelle intercalaire, ensuite assemblée à la chaussure. « Les semelles personnalisées sont disponibles pour quasiment tous les modèles proposés par Ecco, à un prix de 450 euros la paire en produit fini », précise Patrizio Carlucci.

L’expérience, qui s’est déroulée simultanément au Bon Marché à Paris et au grand magasin Isetan de Tokyo, devait permettre à Ecco de tester l’efficacité d’un tel dispositif dans une stratégie de drive-to-store. Le fabricant de chaussures danois, qui réfléchit à déployer le concept dans ses magasins, voit même plus loin, puisque le groupe travaille depuis un an à la certification de Quant-U comme dispositif médical.

 © Dassault Systèmes

Journaliste spécialisé dans le domaine des industries graphiques, Florent Zucca est rédacteur en chef du magazine IC LE MAG / Industries Créatives, où il analyse les opérations de personnalisation menées par les marques en matière de retail, de packaging, de décoration et de communication. Diplômé de l’ISCPA Lyon (Institut Supérieur de la Communication, de la Presse et de l’Audiovisuel), il a auparavant travaillé, pendant près de dix ans, dans la presse économique.