Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.

OXY à l’Hôtel de la Marine : de la (très) belle ouvrage

Le 12 juin dernier, au terme d’une importante campagne de restauration et d’aménagement lancée en 2017, l’Hôtel de la Marine a ouvert ses portes au public. Le spécialiste en signalétique OXY a fait partie des entreprises retenues pour participer à cette belle restauration. Sous la houlette de l’agence Locomotion en charge de la programmation signalétique et de sa maîtrise d’œuvre, il a réalisé tous les éléments qui permettent aujourd’hui aux visiteurs de se repérer dans l’espace. Visite guidée.

 

 

Situé sur la place de la Concorde, entre les Champs-Élysées et les Tuileries, l’Hôtel de la Marine est un superbe ensemble architectural créé au XVIIIe siècle par Ange-Jacques Gabriel, premier architecte du roi. Il abrita jusqu’en 1789 le Garde-Meuble de la Couronne avant de devenir, pendant plus de deux cents ans, le siège du ministère de la Marine. Avec le départ de l’état-major de la Marine, en 2015, un nouveau chapitre s’est ouvert dans la vie du bâtiment placé désormais la responsabilité du Centre des Monuments Nationaux (CMN).

 

Une redécouverte de l’hôtel du Garde-Meuble, plutôt que de la Marine

L’appellation du monument ne doit pas tromper car c’est principalement l’hôtel du Garde-Meuble que le projet du CMN invite le public à redécouvrir aujourd’hui. Le bâtiment, au gré des diagnostics et sondages, a réservé maintes surprises aux restaurateurs. Sous les aménagements réalisés par l’état-major de la Marine, la distribution et les décors originaux ont bien souvent été conservés. Ils permettent de comprendre l’organisation des différentes entités du Garde-Meuble de la Couronne.

Alors que les salons d’apparat, qui sont sans doute les pièces les plus connues du public, ont été entièrement refaits au XIXe siècle, les appartements de l’Intendant du Garde-Meuble ou ceux du garde général ont gardé leurs décors d’origine ou à tout le moins des éléments décoratifs suffisants pour ne laisser que peu de place à l’hypothèse dans le travail de restauration.

L’Hôtel de la Marine propose donc une immersion dans un grand palais du siècle des Lumières, pour lequel le premier intendant du Garde-Meuble, Pierre-Élisabeth de Fontanieu, avait souhaité les décors les plus somptueux, s’appuyant pour cela sur les meilleurs artistes et artisans du royaume.

 

Une programmation signalétique exigeante

À la suite de l’appel d’offres publié en novembre 2016, c’est l’agence Moatti-Rivière, accompagnée d’ILLUSIO (scénographie digitale), de LOCOMOTION (signalétique et graphisme), de 8’18 (éclairage), de SISMO (design mobilier), de VTIC (multimédia), qui a été retenue pour concevoir la scénographie de l’Hôtel de la Marine.

Le spécialiste en signalétique OXY a fait partie des entreprises retenues pour participer à cette belle restauration. Sous la houlette de l’agence Locomotion en charge de la programmation signalétique et de sa maîtrise d’œuvre, il a réalisé tous les éléments qui permettent aujourd’hui aux visiteurs de se repérer dans l’espace.

 

 

 

 

« Toute la difficulté de ce dossier résidait dans l’utilisation de matériaux inhabituels. et de finitions peu communes dans nos métiers. Nous devions nous fondre dans le décor. Que ce soit en extérieur comme en intérieur, nous avons été amenés à concevoir des solutions de signalétique inédites qui respectent la table des matières des lieux, avec du bois, de la pierre, du cuir, mais qui soient aussi le moins invasives possibles pour respecter le patrimoine »

_SÉBASTIEN TRAUTMANN, Directeur général d’OXY

 

 

 

Les enseignes extérieures ont représenté un vrai défi pour les équipes d’OXY qui ont fait appel, pour les réaliser, à des techniques issues de l’aéronautique.

« Il s’agissait de réaliser des enseignes venant encadrer les deux entrées principales du site, Rue Royale et Place de la Concorde, par deux éléments artistiques démarrant de manière perpendiculaire à la façade en partie haute, puis, en se vrillant, finir tel un drapeau au vent parallèle à la façade », explique Sébastien Trautmann.

La principale difficulté venait de la réalisation de la vrille, ou twist. Celle-ci a été réalisée en fonte d’aluminium dans des moules spéciaux et a nécessité la réalisation de 5 prototypes avant d’atteindre le niveau de finition souhaité. En effet, de par la masse et la forme de la pièce, de nombreux problème de dégazage de l’aluminium se sont posés. La fonderie en charge de ces pièces a fini par opter pour une technique utilisée habituellement pour les pièces aéronautiques.L’ensemble des textes en partie haute ont été réalisés en marqueterie par incrustation de lettres en aluminium anodisé noir. Cette opération a été réalisée dans les ateliers d’OXY. « S’agissant d’un monument historique, nous avons dû faire un relevé 3D de la façade afin de positionner les fixations dans les joints de pierre de taille », précise Sébastien Trautmann.

 


 

 

Les balises murales et plaques signalétiques extérieures ont été réalisées avec un support en aluminium et un traitement par nickelage argent chaud sur lequel vient s’agrafer, avec un système sécurisé propre à OXY, une pierre en Moka grano mezzo sérigraphiée. Aucune fixation n’est ainsi visible.

Pour les textes cintrés, l’option choisie par OXY a été travaillé à la main de l’aluminium massif d’épaisseur 8 mm. Les textes ont ensuite été traitée par un nickelage argent chaud avec une finition sur la tranche avant par émaillage noir brillant. De véritable pièces d’orfèvrerie !

Pour la signalétique des appartements, la difficulté était de réaliser une signalétique à la fois visible et discrète, sans possibilité aucune de fixations mécaniques ou collées, les lieux étant recouverts de tapisseries, boiseries et autres miroirs classés. Les designers ont donc fait le choix de suspendre la signalétique des appartements aux portes elles-mêmes classées. Des plaques ont été réalisée en médium laqué dans le ton dominant de la porte restaurée puis suspendues par des lanières en cuir faites sur-mesure. Au dos des portes, un contrepoids lui-même traité en argent chaud contrebalance l’ensemble et permet à la plaque de rester en position sans aucune fixation ni dégradation du support.

Pour les mêmes raisons, dans les loggias ont été disposés de mini totems réalisés en verre recouverts d’un complexe de film miroir sans tain, traité anti rayure et comprenant des indications sérigraphiées. Ces totems ont un pied en inox poli miroir très discret. Le polissage a été réalisé par les entreprises travaillant pour le marché des yachts de luxe, au savoir-faire éprouvé.

Pour la signalétique des zones administratives, le même niveau d’exigence a été demandé. L’ensemble des autres balises et plaques a été réalisé sur du Corian, usiné en pointe de diamant avec un marquage sérigraphique en partie avant.

 

 

 

 

 

 

 

_______________________________________________________________________________

Lire aussi

 

https://lemag-ic.fr/ic-fab/oxy-impose-expertise-communication-graphique/

Journaliste, Cécile Jarry suit depuis plus de dix ans l’actualité des secteurs des industries graphiques et créatives. Responsable veille & contenu chez 656 Editions, elle collabore aujourd’hui au magazine Industries Créatives. Ses sujets de prédilection : le design durable, l'éco-conception, la personnalisation ainsi que les dernières évolutions de l'industrie.