Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.
©5•5_signaletique-distanciation-Paris

Le Studio 5•5 imagine la signalétique d’un Paris déconfiné

Pour éviter d’ajouter de l’angoisse à l’angoisse, la Mairie de Paris a décidé de confier son projet de signalétique spécial Covid-19 à une agence de design, le Studio 5•5.

Leur idée : créer des marquages sympathiques, avec une touche de poésie, pour permettre aux Parisiens de voguer dans leurs rues tout en respectant les règles sanitaires de distanciation.

 

 

 

Il a fallu faire vite, mais pas n’importe comment. Pour permettre aux Parisiens de fouler à nouveau les pavés de la capitale en toute sécurité, la ville de Paris a lancé début mai un appel d’offres auprès de six agences de design pour mettre en place une signalétique spécial Covid-19 qui soit à la fois efficace et poétique, utile et homogène. Le mot d’ordre : rappeler les contraintes de distanciation physique imposées par l’épidémie sans enlaidir la ville. C’est le Studio 5•5 qui a remporté le marché avec un projet inspiré de la devise de Paris, « Fluctuat nec mergitur ».

« Au studio, nous aimons travailler à partir de références que tout le monde connaît pour faire passer des messages autrement que par les mots. La devise de Paris s’est avérée de circonstance… », explique Anthony Lebossé, un des quatre fondateurs du studio.

 

 

VOGUE LA GALÈRE

 

Aux lignes droites et rigides de la signalétique routière, le Studio 5•5 a donc préféré la forme plus souple de la vague, particulièrement adaptée à la gestion de flux. Une belle image aussi pour qui veut faire naviguer autrement les Parisiens dans les rues de leur ville.

Et même si on aurait pu se passer de mots, quelques messages, au vocabulaire choisi, ont également été imaginés. « Notre idée était de réveiller les consciences sans être autoritaire ni anxiogène », commente Anthony Lebossé.  « Bienvenue aux abords d’une école », « 1 m entre nous » … les messages se veulent positifs. Pour certains, ils filent la métaphore avec toujours cette idée de faire sourire plutôt que de stresser davantage. « C’est un provisoire qui risque de durer, autant essayer de bien vivre avec », souligne le designer.

En cours de déploiement, le projet, réalisé pour l’instant au pochoir, a d’abord concerné les écoles. Des kits complets ont été distribuées aux mairies des 20 arrondissements de Paris pour faciliter la mise en œuvre rapide de cette signalétique. Après les écoles, ce sont les rues commerçantes particulièrement denses ainsi que les marchés qui seront concernés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Journaliste, Cécile Jarry suit depuis plus de dix ans l’actualité des secteurs des industries graphiques et créatives. Responsable veille & contenu chez 656 Editions, elle collabore aujourd’hui au magazine Industries Créatives. Ses sujets de prédilection : le design durable, l'éco-conception, la personnalisation ainsi que les dernières évolutions de l'industrie.