Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

[user-meta-login]

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.

L’anamorphose refait surface

Respiration_Ouverture Anamorphoses 2

Apparue dans l’art à l’époque de la Renaissance, l’anamorphose refait aujourd’hui surface, portée par des artistes, des architectes et des agences qui y voient une façon de donner du relief au quotidien.

 

L’an passé, le street-artiste JR effaçait la Pyramide du Louvre grâce à un collage photographique et le Suisse Felice Varini revisitait l’architecture du Corbusier au MAMO, le centre d’art de la Cité Radieuse à Marseille.

Aujourd’hui, c’est le centre commercial Bercy 2 qui accueille l’Anamorphose Project, un concours inédit de fresques en trompe-l’œil. C’est aussi une entreprise de biotechnologies, à Lyon, qui habille ses locaux en réalisant l’anamorphose de son logo. C’est encore un collectif d’artistes espagnols qui fait de cet art urbain un outil de transformation sociale à São Paulo, au Brésil. Revue d’effectifs.

ANAMORPHOSE n.f. (du grec anamorphoûn, transformer)

Représentation peinte, dessinée, etc., volontairement déformée d’un objet, d’un motif quelconque, dont l’apparence réelle ne peut être perçue qu’en regardant l’image sous un angle particulier ou au moyen d’un miroir courbe.

(Le Petit Larousse Illustré)

Logo chic pour entreprise choc

L’entreprise de biotechnologies Amoéba a inauguré sa première unité de production industrielle en octobre 2016 à Chassieu, près de Lyon. Un bâtiment que la société a voulu personnaliser à son image. L’agence lyonnaise Six&Cie, spécialiste de la communication in-situ et de la création d’espaces identitaires, a notamment transformé ce long couloir de 30 mètres de long et de 8 mètres de haut, situé entre les laboratoires de R&D et le site industriel de l’autre, en y plaçant une belle anamorphose mettant en scène le logo de l’entreprise. C’est l’imprimeur ATC Groupe qui a réalisé l’impression, la découpe et la pose des adhésifs.

 

 

Technique mixte

L’anamorphose, pour fonctionner, devait courir à la fois sur le sol et les murs. Pour obtenir un résultat homogène et garantir un parfait trompe-l’œil, l’agence a opté pour une technique mixte, mêlant peinture et adhésif.

Contretypage

Tout l’enjeu consistait à reproduire à l’identique la référence de peinture par contretypage, malgré les différents supports et finitions utilisés : adhésifs pour vitres, huisseries en métal et adhésif spécifique pour le sol.

Découpe in-situ

La découpe a été réalisée sur place à partir de patrons préalablement réalisés par projection sur les murs.

Ils font trembler Bercy

Depuis septembre 2016, le centre commercial Bercy 2 personnalise sa galerie marchande en jouant la carte de la création artistique contemporaine, avec son opération « Arty Bercy 2 ». Entre œuvres éphémères et ateliers innovants, la programmation prévoit quatre rendez-vous trimestriels. Pour la troisième session, le centre commercial a lancé un concours inédit en France autour de l’anamorphose. Carte blanche a été donnée à douze artistes internationaux venus du Japon, d’Italie, d’Allemagne, de Belgique, de Suisse et de toute la France. Pour une production en live de douze fresques en trompe-l’œil aussi poétiques que décalées, sur les murs, les sols et les vitrines de Bercy 2. Toutes les œuvres restent visibles jusqu’au 1er juillet.

Anamorphose street-art à Bercy

Graffitis 3D

C’est un des plus célèbres street-artiste italien. Il fait aujourd’hui trembler le sol de Bercy 2.
Manuel Di Rita, alias Peeta, est un artiste aux multiples facettes : designer, graffiti writer, sculpteur… En transposant les formes et les codes du graffiti et du street art, il crée des sculptures aux formes vertigineuses et décline ses gigantesques graffitis 3D dans les rues du monde entier.

Graffiti 3D

Femme-objet

Depuis 20 ans, l’artiste Renaud Delorme développe un travail plastique basé sur l’utilisation d’objets jugés ingrats et inutiles, qu’il assemble afin de faire naître des portraits de célébrités – les cheveux de Laetitia Casta en pièces détachées de circuit de petites voitures, les joues de Kylie Minogue en casquette audio – créant une véritable illusion d’optique : lorsque l’on s’approche de l’image, elle est invisible, lorsqu’on s’en éloigne, elle devient proche d’une photographie. Ici, l’œuvre prend la taille d’une boutique, sur 6 m de profondeur, et utilise la vitrine comme écran.

Photograffée

Photograffée est le fruit d’une rencontre entre le photographe urbain Alex Perret et le collectif de street art 2AC Anartchik (Djalouz, Caligr, Pesca et Doudou’Style). Ensemble, ils mixent photographie et peinture, réunissant ainsi le réel et l’imaginaire d’un instant intense et spontané. Loin d’être une simple apposition, les street artistes s’imprègnent du travail du photographe et se l’approprient. Cette fusion des genres nous emporte dans leurs œuvres, entre couleurs, motifs et trompe-l’œil.

Respiration_Photograffée (c) Nicolas Krief

Le poids des mots

Direction le nord de São Paulo, où la favela de Vila Brasilândia est devenue le terrain de jeu de Boa Mistura. Depuis 2012, le collectif d’artistes madrilène met en valeur les ruelles de ce quartier en utilisant la technique de l’anamorphose… et beaucoup de peinture ! Une démarche autant politique que poétique. L’idée : utiliser l’art urbain comme outil de transformation sociale. AmourFiertéDouceurBeautéForce ont été les cinq premiers mots peints sur les murs avec l’aide des enfants du quartier. Poésie et Magie viennent d’apparaître, « afin de souligner la beauté des constructions irrégulières, la magie de la croissance urbaine spontanée, l’intensité des relations entre voisins et le sourire des enfants jouant de haut en bas des escaliers ».

 

Le retour du peintre en lettres

Les formes sont préalablement dessinées sur les murs avant le coup de peinture, donné ici par une armée de petits peintres en lettres coachés par le collectif d’artistes qui veille à ce que l’illusion soit parfaite.

Anamorphose Boa Mistura Sao Paulo

Instagram part en campagne à Paris

À l’occasion du premier tour de l’élection présidentielle française, les 22 et 23 avril derniers, Instagram a décidé de participer à la campagne de façon inédite en lançant une opération de street art sur la passerelle Léopold Sedar Senghor, près des Tuileries à Paris. À travers différents visuels représentant la paix, l’égalité, la liberté, ou la fraternité, le public était invité à exprimer son point de vue et à se mettre en scène en publiant avec le hashtag #MonPointDeVue.

FLOORGRAPHICS

L’impression et la pose des visuels ont été confiées à la société Caractères (91) qui a utilisé le film d’impression IMAGin WW 300 de Mactac et la lamination FloorGrip pour réaliser ces «floorgraphics ».

 

UN ARTISTE FRANÇAIS

Les anamorphoses ont été réalisées par l’artiste français Zoer et la société de production vidéo londonienne Die_CastStudio, selon une idée originale imaginée par l’agence We love Art Agency.

Journaliste et content manager spécialisée dans le domaine des industries graphiques et créatives. Diplomée du CFPJ Paris (Centre de formation des journaliste), Cécile Jarry suit depuis plus de dix ans l’actualité de ces secteurs. Elle collabore aujourd’hui au magazine Industries Créatives, où elle décrypte les campagnes de personnalisation orchestrées par les plus grandes marques. Elle travaille notamment sur le phénomène du fast retail et de la personnalisation de l’expérience client.