Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

    Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

    Follow Point

    Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.
    ©WallTek_©JuneMoon-web

    WALL-TEK soigne l’image des marques pendant leurs travaux

    Nouveau terrain d’expression, les panneaux de chantier personnalisés permettent aux marques de continuer à capitaliser sur leur image durant la durée de leurs travaux. En France, la société WALL-TEK en a fait son métier. Avec son bureau d’études, elle habille des projets dans toute la France.

     

     

    « Ne dites rien, on a fait croire à nos voisins qu’on était un restaurant japonais ». Pour Burger King, toutes les occasions sont bonnes pour communiquer, y compris pendant les travaux. Le champion incontesté de la communication tous azimuts s’en est même fait une spécialité, avec des messages à chaque fois très attendus par ses fans. « Ne vous inquiétez pas, personne d’autre que vous n’a été prévenu », « Derniers jours pour aller chez la concurrence », etc.

     

     

    WALL-TEK-©BurgerKing-9

    Palissade Wall-tek en aluminium pour Burger King (36 m de long par 3,40 de haut). Wall-Tek est l’inventeur de la palissade modulaire pour les centres commerciaux : cette palissade est non propagatrice de flammes, réutilisable et sécurisée. 

     

     

     

    GARDER LE LIEN AVEC SES CLIENTS

     

    Cette stratégie, la société Wall-tek (54) l’accompagne depuis plus de dix ans grâce à ses palissades modulaires personnalisables. « Il y avait vraiment un marché à créer avec les palissades de chantier. Lorsque nous avons lancé la société, nous avons d’abord réfléchi à rationaliser notre offre en développant notre propre support. Notre cahier des charges était précis :  nous voulions une palissade qui soit réparable, réutilisable et sécurisée. Ces conditions remplies, la société pouvait se développer », se rappelle Bruno Keppi, le fondateur et actuel gérant de l’entreprise.

    Restait à convaincre des marques. « Toutes les marques n’ont pas la vision d’un Burger King. Nous avons dû prendre notre bâton de pèlerin pour les convaincre qu’il était important pour elles d’occuper l’espace pendant leurs travaux », poursuit le dirigeant. « Certaines étaient convaincues, mais n’avaient pas forcément de visuels à nous fournir, ni de stratégie clairement définie pour ce type de support. Nous avons donc été obligés d’investir dans des catalogues de visuels et devenir force de propositions créatives pour nos clients ».

     

    LA FORCE DU SERVICE

     

    Aujourd’hui, Wall-tek intervient sur plus de 600 chantiers par an, dans toute la France. Ses solutions vont du module de protection à la palissade classique en passant par les palissades extérieures, des palissades hors normes, des décors en trompe-l’œil et des protections de sols pour les centres commerciaux.

     

     

    Écologique, non propagatrice de flammes, réutilisable et sécurisée, sa palissade modulaire fait référence. « Le fait de proposer des solutions réutilisables, et donc plus durables, est un argument fort pour les marques », souligne Bruno Keppi. Le chef d’entreprise a fait ses calculs. Avec ses panneaux, dont certains ont plus de dix ans d’utilisation derrière eux, il aurait évité à ses clients de consommer l’équivalent de 4000 tonnes de bois mélaminé !

    Vertueuse, la palissade Wall-tek est aussi destinée à être esthétique. Avec son bureau d’études, l’entreprise crée des boutiques en trompe-l’œil, des palissades « bibliothèques », des palissades miroir, des espaces de jeux, etc.

     

    DES DÉCORS INSTAGRAMMABLES

     

    « Les décors instagrammables sont une tendance forte », précise Bruno Keppi. Le projet réalisé avec la designer graphique June Moon pour le centre commercial Espace Saint-Georges à Toulouse est de ceux-là. Dans cette oeuvre originale intitulée Fantasy, on comprend que des ouvriers sont en train de détruire un mur géant, ce qui est en réalité une métaphore pour expliquer que le centre commercial va entreprendre prochainement de grands travaux pour laisser place à de futurs projets « fantastiques ». Pour faire le lien avec le public et l’impliquer, l’artiste a intégré dans sa fresque un Photobooth et une anamorphose. Un vrai succès qui s’est conclu par l’organisation d’un jeu concours par le centre commercial, pour récompenser les meilleures photos postées sur Instagram.

     

     

    « Fantasy », oeuvre originale de June Moon (photos ©June Moon).
    Impression et pose de vinyle imprimé par Wall-tek (mur de 17 m de long x 10 m de haut (sol compris), 3 poteaux d’environ 6 m de diamètre x 5 m de haut)

     

     

     

     

     

     

     

     

    Journaliste, Cécile Jarry suit depuis plus de dix ans l’actualité des secteurs des industries graphiques et créatives. Responsable veille & contenu chez 656 Editions, elle collabore aujourd’hui au magazine Industries Créatives. Ses sujets de prédilection : le design durable, l'éco-conception, la personnalisation ainsi que les dernières évolutions de l'industrie.