Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.
©Biennale-_7

Dans l’intimité de la Biennale avec ATC GROUPE

Hélène Juillet et Justine Belot travaillent pour la Biennale d’art contemporain de Lyon en tant que directrice de la communication Art et responsable des partenariats et des événementiels entreprises. Christophe Aussenac dirige ATC Groupe, imprimeur numérique lyonnais spécialisé en signalétique et habillage d’espaces. Ensemble, ils ont noué au fil des ans un partenariat historique, au service de la culture et des artistes.  

 

 

Co-produire des œuvres de la Biennale.

Depuis plusieurs années, la Biennale d’art contemporain de Lyon fait appel à l’expertise et au savoir-faire d’ATC Groupe, via un mécénat de compétence, pour la production d’œuvres. En 2013, le projet de l’artiste brésilien Paulo Nimer Pjota demande un adhésivage de 300 m² de la façade sud de la Sucrière. La réalisation est rendue possible grâce à la collaboration étroite de l’artiste avec les équipes de production de la Biennale ainsi que les collaborateurs de l’imprimeur lyonnais.

 

« Le partenariat de la Biennale avec les équipes d’ATC va bien au-delà de l’aspect financier que permet le mécénat d’art. Il s’agit d’un vrai engagement de la part de l’entreprise et d’une volonté forte de son dirigeant Christophe Aussenac », témoigne Justine Belot.

 

« Travailler avec les équipes de la Biennale, c’est avoir la chance de pouvoir travailler avec des personnes accessibles et curieuses, mais aussi très exigeantes. C’est une belle façon de continuer à grandir et de faire grandir ses équipes », témoigne de son côté Christophe Aussenac.

 

Ces incursions dans le domaine de l’art permettent aussi parfois de décrocher des commandes aussi inattendues qu’inédites, comme cette fois où ATC a envoyé une équipe de quatre poseurs sur une plateforme pétrolière en Norvège, pour poser, dans les espaces de vie du site industriel, des reproductions d’œuvres de l’artiste norvégien Gardar Eide Einarsson, de l’américain Tom Sachs et du français Fabrice Hyber. Une commande du musée d’Oslo.

 

« Nos entreprises mécènes, une quarantaine pour cette Biennale, ont cette vision et cette volonté, et surtout cette capacité à communiquer autour de ces mécénats. Ce faisant, elles valorisent bien sûr leurs salariés et leurs entreprises, mais aussi leur métier », souligne Justine Belot.

 

 

©Biennale-_8

Stéphane Calais, Le petit jardin, 2018-2019. Courtesy de l’artiste © Adagp, Une œuvre réalisée avec le concours d’ATC Groupe.

 

« J’ai l’impression de retrouver un petit peu le travail et l’état d’esprit d’un Michel Caza », confie Christophe Aussenac, rendant ainsi hommage au maître artisan d’art Michel Caza, connu dans le monde entier pour avoir travaillé avec les plus grands, d’Andy Warhol à Roberto Matta, en passant par Salvador Dali, Pierre Soulages ou encore Victor Vasarely.

 

Ce dialogue avec les équipes de production de la Biennale, ATC Groupe l’entretient aussi avec celle de la communication dirigée par Hélène Juillet.

 

« Produire les éléments de communication de la Biennale est un vrai challenge car nous devons répondre à la fois à une logique de flux et une logique artistique. Toute la signalétique de la Biennale est validée par les commissaires d’exposition », précise Christophe Aussenac.

 

« Travailler avec ATC est pour nous un gage de bonne compréhension mutuelle. L’expertise d’ATC intervient en cohérence avec le discours artistique et les attentes des commissaires. Nous sommes bien au-delà d’une simple relation avec un prestataire », affirme Hélène Juillet.

 

Pour cette 15e édition qui a débuté le 18 septembre et qui se clôturera le 5 janvier 2020, ATC a participé à la production de plusieurs œuvres uniques présentées sur le nouveau site de la Biennale, les anciennes Usines Fagor. Sont à découvrir : le grand mobile coloré Le Petit Jardin de l’artiste français Stéphane Calais, Le silence d’une dune de Stéphane Thidet, La Poupée, le doigt d’or et les dents : fou de rage des autrichiens Ashley Hans Scheirl et Jakob Lena Knebl et Prometheus Delivered de l’autrichien Thomas Feuerstein.  À la Cité Internationale, sur la façade du Musée d’Art Contemporain (MAC), une œuvre de l’américaine Nina Chanel Abney est un autre des très beaux échos de cette Biennale auquel ATC a prêté son concours.

 

Photo de Une : Façade du MAC Lyon – Nina Chanel Abney, Femmes, 2019. Courtesy de l’artiste et Jack Shainman gallery, New York. © Blaise Adilon  – Une œuvre réalisée avec le concours d’ATC Groupe.

Journaliste et content manager spécialisée dans le domaine des industries graphiques et créatives. Diplomée du CFPJ Paris (Centre de formation des journalistes), Cécile Jarry suit depuis plus de dix ans l’actualité de ces secteurs. Elle collabore aujourd’hui au magazine Industries Créatives, où elle décrypte les campagnes de personnalisation orchestrées par les plus grandes marques. Elle travaille notamment sur le phénomène du fast retail et de la personnalisation de l’expérience client.