Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

    Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

    Follow Point

    Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.

    Imprimerie 4.0 : l’AlphaJET imprime et ennoblit en une seule passe

    Dix ans ont passé depuis la présentation du premier Proof of Concept : c’était en 2012, sur la Drupa. L’usine 4.0 rêvée, imaginée et développée par les équipes de MGI Digital Technology, est aujourd’hui en passe de devenir une réalité pour les industries de l’impression et de l’emballage.

    Le 12 octobre dernier, Victor Abergel, le directeur général de MGI Digital Technology, a officiellement présenté à la presse internationale la nouvelle AlphaJET 4.0 : une presse numérique à jet d’encre aqueux capable de réaliser, en une seule passe, l’impression et la finition. Une première mondiale.

    Une usine 4.0 sur 150 m2

    Dix ans ont été nécessaires pour concevoir l’AlphaJET. Conceptualisée à une époque où la notion de 4.0 était encore embryonnaire, la nouvelle presse est aujourd’hui parfaitement dans l’air du temps. Sur un marché aux prises avec l’augmentation des coûts du fret et de l’énergie, la chasse aux destructions d’invendus, les difficultés croissantes de recrutement, la hausse de la demande en produits personnalisés et l’aspiration à des modes de production plus raisonnés, elle coche même toutes les cases, ou presque.

    Compacte, l’AlphaJET (20 tonnes) occupe une surface au sol de 150 mètres carrés.

    La solution intègre des encres CMJN aqueuses, l’ennoblissement numérique et les technologies de vernis UV Eco-Spot et Green-Foil. Le tout 100% désencrables. Impossible de faire des tons directs certes, mais une garantie d’avoir des impressions parfaitement recyclables.

    Breveté, le transport du papier s’inspire d’une technologie qui a fait ses preuves dans l’industrie automobile. L’AlphaJET est dotée d’un système de transport électromagnétique qui utilise des plateaux intelligents pour garantir un alignement et des mouvements parfaits. « Ce qui permet une impression haute résolution et des opérations sans risque de bourrage » indique Victor Abergel.

    Le repérage entre l’image imprimée et le vernis sélectif se fait à l’aide de scanners intelligents et l’étalonnage des couleurs est réalisé de façon automatisée.

    Maintenance prédictive, visualisation 3D, création de catalogues virtuels, validation en ligne, etc. : un système IoT et des plateformes basées sur le cloud MGI Connect complètent l’ensemble.

    La presse accepte des papiers couchés et non couchés, du carton plat, du carton ondulé à cannelure E et des substrats synthétiques, du format B2 à B1+.

    Côté production : elle est capable de produire jusqu’à 1 800 feuilles B1 par heure, en 1 600 dpi.

    « En comparaison avec un mode de production traditionnel, l’AlphaJet, de par sa configuration, permet de consommer 30 % d’électricité en moins », souligne Victor Abergel. Autre chiffre avancé par le dirigeant : un seul opérateur suffit pour piloter l’ensemble du dispositif. Il en faudrait 8 en conventionnel. Des arguments qui pèsent lourd dans la balance.

    Deux centres de démonstration dans le monde

    En collaboration avec Konica Minolta, le premier centre de démonstration AlphaJET vient d’ouvrir au sein des locaux parisiens de Konica Minolta. Un second sera inauguré en 2023, au sein du site de Konica Minolta à New York.

    MGI et Konica Minolta souhaitent aujourd’hui proposer cette solution à plusieurs segments du marché des industries graphiques : l’emballage, le web-to-print/to-pack, l’impression commerciale, les livres et les magazines.

    Près de 45 démonstrations ont d’ores et déjà été réalisées et 25 tests-clients sont en cours. La première machine installée est en France, chez ISRA Cards (lire notre article). Une autre installation devrait avoir lieu en Europe, d’ici la fin de l’année.

    Journaliste, Cécile Jarry suit depuis plus de dix ans l’actualité des secteurs des industries graphiques et créatives. Responsable veille & contenu chez 656 Editions, elle collabore aujourd’hui au magazine Industries Créatives. Ses sujets de prédilection : le design durable, l'éco-conception, la personnalisation ainsi que les dernières évolutions de l'industrie.