Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.
Avec CFP Flex, le transfert fait sa révolution verte.

CFP Flex : le transfert fait sa révolution verte

Industriel français, fabricant de bobines de flex et d’imprimables pour transfert à chaud sur textiles, Christian Rozier, gérant de CFP Flex (42), conçoit, fabrique et commercialise des produits écologiques uniques au monde. Des innovations qui rencontrent un succès croissant, en France comme à l’international, où l’entreprise ligérienne réalise 90 % de son chiffre d’affaires.

Toutes photos © CFP Flex

 

Après avoir passé dix ans à Londres, Christian Rozier revient en France en 2004. Aidé par son père et rejoint par son épouse, il créé, à Andrézieux-Bouthéon (42), la société CFP Flex, spécialisée dans les films de transfert à chaud pour la personnalisation textile. Conscient de l’impact de son activité sur l’environnement, Christian Rozier entend créer des produits innovants et écoresponsables. En 2015, il investit dans un laboratoire et des machines. Alors que le marché travaille essentiellement avec des solutions solvantées, CFP Flex s’attache à créer un polyuréthane à base aqueuse (ou basse dispersion). Objectif : éviter le rejet de composés organiques volatiles (COV).

Après des années de R&D, il trouve la bonne formulation. « Le principe consiste à déposer une peinture liquide que l’on fait sécher sur un support auquel on extrait la vapeur d’eau. Un procédé unique au monde », explique Christian Rozier. Tests, formulations, mélanges des polyuréthanes, création des couleurs, enduction, transformation, conditionnement : tout est réalisé en interne. Une stratégie qui permet à CFP Flex de limiter son empreinte carbone, de garantir un strict contrôle de la qualité, de la productivité et de la gestion des stocks, et d’assurer des prix compétitifs.

 

DES FILMS POLYURÉTHANE À BASE AQUEUSE

Aujourd’hui, CFP Flex propose une gamme de flex et d’imprimables pour transfert à chaud sur textiles avec le même thermocollant universel, permettant de faciliter le travail des spécialistes du marquage et d’optimiser la gestion des stocks. La société française s’est notamment fait remarquer sur la FESPA 2019, à Munich, avec ses solutions « Uniflex A Nature » et « Uniprint Nature ». Le premier est un film thermocollant polyuréthane à base aqueuse (sans solvant) avec un support adhésif papier, universel, applicable sur tous types de textiles pour vêtements de pluie, bagages, parapluies et autres applications. Le second un film polyuréthane blanc, mat, sans solvant, imprimable, laminé sur une couche thermocollante universelle, elle-même laminée sur un support en papier recyclable et applicable là aussi sur tous types de textiles. « Nous sommes les premiers et les seuls au monde à offrir cela. Nos produits sont innovants, écologiques, mais surtout faciles à utiliser avec une garantie d’échenillage à 100 % », précise Christian Rozier.

 

« Le principe consiste à déposer une peinture liquide que l’on fait sécher sur un support auquel on extrait la vapeur d’eau. Un procédé unique au monde »,
Christian Rozier, Pdg de CFP Flex

 

UNE TRÈS FORTE INTERNATIONALISATION

Aujourd’hui, CFP Flex, soutenue par six distributeurs en France, propose une gamme de près de 70 références. Mais la PME réalise 90 % de ses ventes à l’export, principalement en Europe, mais aussi au Moyen-Orient, aux États-Unis, en Afrique du Sud, et bientôt en Australie et en Amérique du sud. Grâce à la standardisation de ses process et la flexibilité de ses produits, destinés à tous les supports textiles et pour tout type d’encres, CFP Flex s’adresse aussi bien aux grands industriels (mode, sport, évènementiel, vêtement professionnel) qu’aux PME et aux « krafteurs », ces particuliers adeptes du Do It Yourself.

Christian Rozier, lui, poursuit ses recherches dans son laboratoire. Tests, lavages, pressages : il connaît ses produits par cœur. « C’est de là que les innovations surgissent et il y a beaucoup à imaginer. Je n’ai pas encore tout essayé, mais nos produits sont aussi efficaces sur le bois et le cuir ». Ce qui laisse présager de jolies perspectives. Le dirigeant entend ainsi continuer à éveiller le sentiment de responsabilité chez ses clients. « Le monde change, il faut suivre et rester attentif, car il est urgent d’agir ».

 

Journaliste diplômée de l’Institut de la Communication et des Médias (Grenoble) et de l’Université Jean Moulin (Lyon), Emmanuelle Hebert a exercé dans les secteurs de la presse et de la communication. Elle travaille depuis 2017, comme indépendante, en conseil éditorial et collabore depuis deux ans avec IC Le Mag.