Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

    Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

    Follow Point

    Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.

    Mathieu Sakkas (CEO Dragon Rouge)

    « Nous devons apporter de la valeur à nos clients autrement qu’en répondant à des briefs»

    2023 sera l’année du changement pour l’entité française de Dragon Rouge. Son nouveau directeur général nourrit de grandes ambitions pour l’agence de design, dont celle de vouloir connecter les business modèles des marques qu’elle accompagne avec les défis environnementaux et sociétaux de l’époque. Identifier les mots et les images qui permettent aux marques d’adresser ces sujets majeurs pour figurer dans l’échiquier des entreprises qui comptent : voilà le défi.

    Le grand enjeu pour les entreprises, aujourd’hui et demain, est de savoir « comment » elles peuvent s’emparer des sujets environnementaux et sociétaux qui irriguent la société. Aider les marques à se positionner, voire se repositionner : c’est votre expertise.  Quelles sont vos préconisations en la matière ?

    Faire la preuve de ses engagements est un point essentiel. D’un point de vue agence, cela revient à passer de la création d’un marketing de l’offre à un marketing de la preuve. Une fois cette étape franchie et ces preuves créées, la marque peut reprendre la parole de façon crédible. Chez Dragon Rouge, nous défendons cette intelligence de l’engagement, avec des mises en récit qui s’appuient sur des éléments concrets qui s’inspirent directement de la réalité du terrain. Les nouvelles générations sont désormais très alertes sur tous ces sujets et les questionnements sont constants.

    Le métier de Dragon Rouge est aussi de façonner des imaginaires. Où se situe la part de rêve dans cette équation d’un monde en transition ?

    C’est une bonne question. Je pense qu’il va falloir apprendre à balayer devant sa porte avant de pouvoir rêver de nouveau, c’est une question de responsabilité. Même si le rêve peut aussi s’incarner dans une démarche écoresponsable.

    Ceci étant dit, ce qui va continuer à nous faire rêver, selon moi, c’est la porosité croissante que l’on peut observer entre les industries créatives et le monde de l’art. Je suis intimement convaincu que c’est en travaillant sur la réalité, de façon artistique, que les marques vont pouvoir préempter le rêve et nous proposer de nouveaux imaginaires. Ce sont des questions passionnantes qui touchent à tout notre système de représentations et qui mobilisent, à ce titre, aussi bien les artistes et les penseurs que les agences de design et les prescripteurs.

    Qu’en est-il de l’image et la position de l’agence Dragon Rouge, par rapport à tous ces sujets ?

    En tant qu’agence de design, nous avons un pouvoir énorme car nous façonnons les imaginaires de l’époque avec les mots et les images que l’on crée pour nos clients. Ce qui implique aussi que nous avons une grande responsabilité par rapport à ce que l’on sort sur le marché.

    Je suis intimement convaincu que nous devons apporter de la valeur à nos clients autrement qu’en répondant à des briefs. Et cette valeur réside dans notre engagement et notre capacité à nous emparer justement de ces sujets environnementaux et sociétaux. C’est une vraie conviction d’agence et aussi un passage obligé pour attirer les talents, pour qui cette raison d’être est essentielle.

    «En tant qu’agence de design, nous avons un pouvoir énorme car nous façonnons les imaginaires de l’époque, ce qui implique aussi que nous avons une grande responsabilité »

    Nombreuses sont les agences de design à avoir cerné ces enjeux. Comment comptez-vous faire la différence ?

    Dragon Rouge est le seul groupe de création indépendant réellement global qui accompagne les marques depuis plus de 36 ans. Nous sommes présents sur tous les continents, ce qui nous permet d’exercer une veille permanente sur tous les marchés. Notre force réside aussi dans notre capacité à accompagner nos clients de manière globale, nos compétences internes nous permettant de proposer une approche intégrée de stratégie de marque, des études qualitatives jusqu’à la campagne de communication en passant par du packaging, l’identité graphique et le retail design.

    Notre plan stratégique pour les 5 ans à venir est de continuer à monter en compétences en termes de conseils et d’accompagnement. Nous ne pouvons pas tout faire, l’idée est donc de constituer un écosystème de compétences et de nouer des partenariats exclusifs avec des partenaires pour proposer des accompagnements pertinents. Une marque qui souhaite revoir sa chaîne logistique ou retravailler sa raison d’être doit pouvoir trouver les réponses chez Dragon Rouge.

    En interne, nous consolidons notre expertise métier en formant tous nos collaborateurs aux métiers de la chaîne graphique. Nous sommes certes des créatifs mais la dimension technique de nos métiers est tout aussi essentielle, ne serait-ce que pour fournir des fichiers conformes.

    Notre volonté est d’être solide sur nos appuis en termes de design thinking et d’éco-branding, afin de pouvoir imaginer des représentations et des insights pertinents en accord avec les valeurs d’écoresponsabilité et de vivre ensemble que nous souhaitons défendre et porter.


    Marielle Torrès est responsable de production, Mélanie Gransart et Romain Araud sont directrice et directeur de création, et Jérôme Marcesche est coloriste… depuis 32 ans ! Ils font partie des « dragons » de Dragon Rouge à Paris. Leurs expertises complémentaires permettent à l’agence d’accompagner ses clients à tous les niveaux de la chaîne de production. Marielle Torrès est la « voix des imprimeurs » auprès des créatifs. Elle trouve les meilleures solutions pour concrétiser les idées créatives de Mélanie et Romain. À l’autre bout du spectre, Jérôme est le magicien des couleurs, son expertise est sans limite et permet à l’agence de développer des tons sur-mesure pour ses clients. « Les clients viennent travailler avec moi, cela fait toute la différence ».

    Journaliste, Cécile Jarry suit depuis plus de dix ans l’actualité des secteurs des industries graphiques et créatives. Responsable veille & contenu chez 656 Editions, elle collabore aujourd’hui au magazine Industries Créatives. Ses sujets de prédilection : le design durable, l'éco-conception, la personnalisation ainsi que les dernières évolutions de l'industrie.