Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

    Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

    Follow Point

    Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.

    Marianne Guély (Designer scénographe – Fondatrice Studio Marianne Guély)

    « Le papier est une source infinie d’inspiration, un support de travail sans limite»

    De sa formation de designer industriel, MARIANNE GUÉLY a conservé le goût de la recherche et du développement. Le papier est son matériau signature. Dans son Studio, créé en 2007, elle orchestre une pléiade de talents, qui cisèlent, plient et sculptent la matière pour magnifier l’univers des plus grandes Maisons. Mais que l’on ne s’y trompe pas, cet art de la poétique exige une précision mathématique. Rencontre

    Le papier est-il à ce point une source inépuisable d’inspiration ?

    Le papier est un matériau de structure qui permet d’explorer une multitude de pistes créatives. Il faut apprendre à le travailler et à le sculpter. À le prendre en main, pour le magnifier. Sculpter la pulpe du papier par exemple est tout à fait fascinant et nous ouvre de nouvelles perspectives.
    Dans mon Studio, j’ai la chance d’avoir, autour de moi, une multitude de talents qui me permettent de continuer à surprendre. Ce sont des personnes extrêmement compétentes, dont la force créative est hors norme. Ils sont sculpteurs, designers, graphistes, scénographes, imprimeurs sérigraphes, relieurs, plieurs, ennoblisseurs, plisseurs… Et tous représentent l’excellence à la française. Pour eux, comme pour moi, le papier est une source infinie d’inspiration, un support de travail sans limite. Nous aimons mixer les techniques traditionnelles et les nouvelles technologies. Je suis également une insatiable globe-trotteuse et chine en permanence de nouveaux matériaux. J’aime aussi repérer des techniques transversales qui enrichiront le savoir-faire, l’expertise et la créativité du Studio. Vous l’aurez compris, j’aime jouer avec cette matière qui permet de raconter des histoires.

    Que répondez-vous à ceux qui disent que le papier est une matière qui appartient au passé ?

    Que c’est exactement l’inverse ! Que le papier est une magnifique matière à création, qu’il est source d’émotion et qu’il est durable. Pour toutes ces raisons, il appartient au futur. Il suffit de venir dans mon atelier pour s’en rendre compte. Les jeunes générations sont heureuses de travailler cette matière qui est apaisante, douce et agréable. Et qui fait partie d’un écosystème vertueux, de par sa parfaite circularité.

    Ces qualités éco-responsables sont plus essentielles que jamais à l’heure actuelle. Au sein du Studio, nous sommes d’ailleurs très attachés à cette approche. Avec le confinement et l’urgence climatique qui frappe à la porte, le papier est même devenu une matière éminemment désirable pour nos clients, qui aiment l’idée de travailler avec une matière renouvelable.

    Une matière éminemment désirable, mais qui, ces derniers temps, s’est fait quelque peu désirer, le marché du papier oscillant entre pénurie et hausse des prix. Cela a-t-il eu un impact sur le travail du Studio ?

    Nous avons décidé de faire de cette conjoncture difficile une contrainte créative et d’adapter nos designs à cette nouvelle donne, en adoptant notamment une démarche d’optimisation encore plus responsable. Nous avons également revu la gestion de nos stocks et intégré dans notre table des matières de nouvelles références, plus innovantes et écologiques.

    « LE PAPIER EST UN MATÉRIAU DE STRUCTURE QUI PERMET D’EXPLORER UNE MULTITUDE DE PISTES CRÉATIVES »

    Mais contrairement à d’autres secteurs comme l’imprimerie, cette conjoncture très contrainte ne nous a pas empêchés de travailler. Nous avons même pu réaliser de très beaux projets. Nous avons notamment participé à la biennale culturelle Homo Faber à Venise. L’événement mettait en lumière les maîtres artisans de plus de 30 pays : de la fabrication du papier au travail du bois, de l’artisanat ancien à l’art contemporain. L’idée était de présenter l’excellence des savoir-faire à travers quinze espaces d’exposition. Nous y avons participé, aux côtés de la Maison Montblanc, pour laquelle nous avons conçu une installation immersive autour d’un alphabet imaginaire inspiré par l’art de la calligraphie. Le savoir-faire du sérigraphe Lorenz Boegli, qui a imprimé nos papiers avec des encres classiques et phosphorescentes, ainsi que les papiers Fedrigoni qui tapissaient les flancs de l’installation, sublimaient notre mise en scène à base de lettres sculptées. Nous avons eu un énorme succès.
    Au Château de Chantilly, nous avons dressé la table de printemps : une décoration monumentale et éco-conçue à partir des archives du studio.
    Aujourd’hui, le Studio Marianne Guély met aussi son savoir-faire au service des architectes à travers des créations sur-mesure. En 2021, nous avons édité une collection de luminaires : la collection Constellation. C’est une façon pour nous de poursuivre nos expérimentations et de multiplier les collaborations transversales. Dans cette collection, l’abat-jour est en papier. Il a été spécialement créé pour ce projet, dans un moulin vosgien.

    Collection Constellation ©Studio Marianne Guély

    « POURSUIVRE NOS EXPÉRIMENTATIONS ET MULTIPLIER NOS COLLABORATIONS TRANSVERSALES »


    MOTS À VENISE – À l’occasion de l’événement Homo Faber qui s’est tenu à Venise au printemps dernier, la Maison Montblanc et le Studio Marianne Guély ont unis leurs forces pour développer un alphabet imaginaire, inspiré par l’héritage de la marque de luxe dans les instruments d’écriture. Ciselée par les mains expertes des designers et des plasticiens, chaque lettre s’est transformée en une sculpture calligraphique de papier, composant in fine une œuvre immersive majestueuse. Le savoir-faire du sérigraphe Lorenz Boegli, qui a usé d’encres classiques et phosphorescentes, ainsi que les papiers Fedrigoni qui tapissaient les flancs de l’installation, sublimaient la mise en scène.

    Journaliste, Cécile Jarry suit depuis plus de dix ans l’actualité des secteurs des industries graphiques et créatives. Responsable veille & contenu chez 656 Editions, elle collabore aujourd’hui au magazine Industries Créatives. Ses sujets de prédilection : le design durable, l'éco-conception, la personnalisation ainsi que les dernières évolutions de l'industrie.