Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.

OUI.sncf crée une campagne pilotée par une intelligence artificielle

OUI.sncf utilise toutes les opportunités du digital pour une expérience client renouvelée. Dernière opération en date : offrir la possibilité de converser en langage naturel avec un robot à partir d’une affiche digitale JCDecaux.

 

Et si vous réserviez votre billet de train sur un panneau publicitaire ? C’est « simple comme partir », promet OUI.sncf, qui veut offrir la meilleure expérience de mobilité possible aux voyageurs. D’où la mise en place dans les gares parisiennes de Lyon et Saint-Lazare, en février dernier, d’une campagne d’affichage inédite, qui permettait de converser et de réserver ses billets de train directement avec OUIbot, l’assistant conversationnel de la marque.

PLUS DE 100 000 PERSONNES TOUCHÉES

Intégrée dans une stèle digitale composée d’un écran de 70 pouces, cette « IAffiche » aidait les voyageurs à trouver et réserver leurs billets pour leur prochaine destination. La finalisation de l’achat s’effectuait ensuite sur smartphone, grâce à un QR code. En parallèle de ce dispositif, un jeu-concours en ligne permettait aux voyageurs qui testaient l’expérience de tenter de gagner un an de voyage ou des bons de réduction de 30 euros. L’opération, qui s’est déroulée du 15 au 19 février, a permis à plus de 100 000 personnes de découvrir OUIbot.

 © OUI.sncf

Journaliste spécialisé dans le domaine des industries graphiques, Florent Zucca est rédacteur en chef du magazine IC LE MAG / Industries Créatives, où il analyse les opérations de personnalisation menées par les marques en matière de retail, de packaging, de décoration et de communication. Diplômé de l’ISCPA Lyon (Institut Supérieur de la Communication, de la Presse et de l’Audiovisuel), il a auparavant travaillé, pendant près de dix ans, dans la presse économique.