Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.
erriko-boccia--UjVE1kToZ8-unsplash

« Numérique, je t’aime, moi non plus » : les chiffres de la communication responsable

Sup de Com vient de publier le troisième volet de son livre blanc intitulé « Pour une communication plus responsable ». Il y est beaucoup question de « pollution numérique ». Dans un monde digital où pratiquement tous les habitants de la planète sont à un clic les uns des autres, sa lecture remet les pendules à l’heure tout en indiquant la marche à suivre.

 

 

 

Saviez-vous que, selon l’ADEME, en 2017, le web et le trafic aérien mondial ont émis la même quantité de CO2 ? Et que la consommation énergétique de l’activité numérique mondiale est l’équivalent de la production de 30 centrales nucléaires ?

Sup de Com vient de publier le troisième volet de son livre blanc intitulé « Pour une communication plus responsable » et les chiffres que l’on y découvre font un peu froid dans le dos. Nous qui vivons en permanence scotchés à nos écrans, à nos réseaux et à nos emails, sommes-nous bien conscients de tout ce que cela implique pour nous comme pour l’environnement ?

« Avec ce tome trois, nous n’avons d’autres ambitions que celle de servir de guide à toute personne soucieuse d’une certaine éthique » préviennent ses auteurs.

 

 

Retrouvez l’infographie en ligne ici

 

 

Sorti en février 2017, le tome 1 faisait la fait la part belle aux règles de déontologie à suivre, notamment celles proposées par l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité, et posait les bases d’une communication plus responsable.

Le tome 2, sorti trois mois plus tard, était plus pratique, et donnait des pistes pour concevoir et réaliser un événement, un buffet, un emballage, ou encore une vidéo tout en s’efforçant de réduire les impacts environnementaux et de rester attentif au message véhiculé.

Le présent tome 3 s’adresse davantage au citoyen soucieux d’une démarche numérique responsable, mais contient des conseils transposables dans la vie professionnelle. Il y est beaucoup question de « pollution numérique ». Un terme qui revient sur le devant de la scène de plus en plus souvent. Encore récemment, l’association Two Sides, qui lutte contre les fausses allégations concernant le papier et le monde de l’imprimé, a ainsi mis en ligne une étude concernant l’impact du streaming sur l’environnement.

 

 

 Cliquez ici pour télécharger le Livre Blanc : « Pour une communication responsable »

 

 

Le combat n’est pas nouveau mais la prise de conscience de ce que l’on appelle désormais « la pollution numérique » est de plus en plus forte. La publication d’un livre blanc sur le sujet est donc salutaire pour ne pas tomber dans des combats d’arrière-garde, mais au contraire adopter les bons réflexes qui feront que print et digital continuent à exister, en préservant ce qu’il est convenu d’appeler le meilleur des deux mondes.

 

 

_______________________________

LE SUJET VOUS INTÉRESSE ?

 

stephanie_patfoort_SDC

 

Retrouvez l’interview de Stéphanie Patfoort, Directrice du campus SUP’DE COM Lyon Coordinatrice Nationale du Réseau SUP’DE COM, dans notre prochain numéro du magazine IC.

PARUTION : OCTOBRE 2019.

 

Je m’abonne

 

 

Photo Une : © Erriko Boccia / unsplash

Journaliste et content manager spécialisée dans le domaine des industries graphiques et créatives. Diplomée du CFPJ Paris (Centre de formation des journalistes), Cécile Jarry suit depuis plus de dix ans l’actualité de ces secteurs. Elle collabore aujourd’hui au magazine Industries Créatives, où elle décrypte les campagnes de personnalisation orchestrées par les plus grandes marques. Elle travaille notamment sur le phénomène du fast retail et de la personnalisation de l’expérience client.