Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.
Les nouvelles ambitions d’Accor pour ses hôtels Ibis

Les nouvelles ambitions d’Accor pour ses hôtels Ibis

Exit la standardisation. Pour sa marque-phare d’hôtellerie économique, Accor rêve de personnalisation. Trois nouveaux concepts de décoration vont être déployés dans ses hôtels, qui mettront également l’accent sur la restauration et la musique.

 

Dans l’hôtellerie économique, Ibis est une référence : près de 1200 hôtels répartis dans le monde, dont presque 400 en France. Aussi, lorsqu’au mois de janvier, les dirigeants du groupe ont déclaré qu’ils voulaient rajeunir l’enseigne en abandonnant ce qui avait fait son succès, la standardisation, l’annonce a fait l’effet d’une petite révolution.

Il faut dire que depuis le lancement de son concept Jo&Joe, qui cassait complètement les codes de l’hôtellerie classique, le groupe Accor multiplie les expériences en termes de personnalisation. Dans ses Ibis Styles, les concepts entièrement personnalisés se sont multipliés. Il y a un an, l’Ibis Styles de Genève défrayait ainsi la chronique avec son ambiance entièrement dédiée au 9e art, réalisée en partenariat avec sept dessinateurs genevois.

 

Trois concepts au choix

 

Pour un réseau de la taille de celui d’Ibis, la question qui se pose est bien sûr celle du déploiement. Personnaliser un hôtel, c’est facile, mais une chaîne, avec ses franchisés et ses nouveaux investisseurs, c’est une toute autre histoire. Le groupe a décidé d’y répondre en proposant à ses propriétaires de choisir parmi trois concepts de décoration différents. Les concepts « Agora », « Plaza » et  « Square » ont été respectivement conçus par trois cabinets d’architectes : un Autrichien (Innocad), un Brésilien (FGMF) et un Thaïlandais (Soda), retenus à l’issue d’un appel à candidatures organisé en 2017 en Europe, en Amérique du Sud et en Asie.

C’est à São Paulo que le premier Ibis, nouvelle génération a ouvert ses portes (voir notre ohoto en Une) : il décline le concept de décoration conçu par le cabinet d’architecture brésilien. On y voit l’importance donnée au lobby qui devient une vraie plaque tournante de l’hôtel. Un lobby où le personnel viendra à la rencontre des clients, smartphone à la main, pour un checking 2.0.  Les chambres, modulables, font également partie de la marque de fabrique de ces nouveaux hôtels, avec une Smart Room est capable d’accueillir de 1 à 6 personnes.

 

La chambre intelligente ou smart room est  une « chambre pour tous »: personnes à mobilité réduite, familles, voyageurs d’affaires ou de loisirs… 

 

 

Des lieux de vie

 

Pour cette cure de rajeunissement, l’autre volonté du groupe a été de mettre l’accent sur l’expérience-client. L’idée, mise en avant aujourd’hui par tous les acteurs du secteur de l’hospitality, est de faire de ses hôtels des lieux de vie. Le bar-restaurant a donc été repensé avec une carte retravaillée en fonction des spécialités locales de chaque site. En termes d’ambiance, l’accent  est mis sur la musique avec des partenariats signés avec Sony et Spotify. Au programme : de la découverte de nouveaux talents et des concerts. Une cinquantaine de spectacles devrait être organisée dans le réseau Ibis cette année.

Convertir l’ensemble du réseau ibis d’ici 2022, c’est l’ambition aujourd’hui affichée par Accor. Une centaine dès la première année.

 

 

 Hôtel pilote pour cette nouvelle offre, l’ibis Zurich Messe Airport a installé dans son lobby le Charlie’s Corner, un bar à bière

où prendre son café le matin et, le soir, déguster un rösti accompagné d’un large choix de bières suisses, le tout dans une ambiance pop-rock.

Journaliste et content manager spécialisée dans le domaine des industries graphiques et créatives. Diplomée du CFPJ Paris (Centre de formation des journalistes), Cécile Jarry suit depuis plus de dix ans l’actualité de ces secteurs. Elle collabore aujourd’hui au magazine Industries Créatives, où elle décrypte les campagnes de personnalisation orchestrées par les plus grandes marques. Elle travaille notamment sur le phénomène du fast retail et de la personnalisation de l’expérience client.