Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.
Affichage 3D Emporio Armani

Quand l’affichage rencontre la 3D : c’est le pied !

Pour sa dernière campagne, Emporio Armani crée l’événement en utilisant l’impression 3D pour donner du relief à ce qui aurait dû être un énième affichage classique. Bellissima !

 

Voir surgir des éléments en volume sur nos campagnes d’affichage est un élément auquel il va falloir s’habituer. Aux Etats-Unis, l’imprimeur new-yorkais Carisma avait été parmi les premiers à tenter l’expérience avec sa campagne Angry Birds, où l’on découvrait des impressions 3D géantes des célèbres petits oiseaux, fixées sur des bus entièrement personnalisées. Il est suivi aujourd’hui par d’autres acteurs de ce marché qui, à leur tour, ont compris comment ils devaient s’approprier cette technologie pour faire évoluer leur métier et proposer de nouvelles solutions de valeur ajoutée à leurs clients.

 

 

 

 

Actuellement en Italie, Emporio Armani crée l’événement avec une affiche très réussie qui illustre parfaitement ce que l’impression 3D grand format peut apporter à la traditionnelle impression 2D, aussi gigantesque soit-elle. On y voit un mannequin monter des escaliers. À ses pieds, les dernières sneakers de la marque, dont une, celle du pied en mouvement, a été imprimée en 3D.

 

 

 

Les idées les plus simples sont parfois les meilleures. La mise en relief de cette chaussure, associé au visuel d’ensemble, fonctionne à merveille.  Le projet a été confié et réalisé par l’imprimeur italien Colorzenith, équipé d’une Massivit 1800, et dont la dernière réalisation dans le domaine de la 3D, a consisté à reproduire, à l’identique, une Lancia B24, pour un spectacle donné à la Scala de Milan.

 

 

UNE CARTE À JOUER POUR LES IMPRIMEURS

 

Malgré son nom, l’impression 3D était, jusqu’ici, tout sauf une affaire d’imprimeurs. Breveté en 1986 par Chuck Hull, futur fondateur du géant 3D Systems, le procédé dit de la « stéréolithographie », qui donnera ensuite naissance aux nouvelles technologies de fabrication additive, s’adresse avant tout aux professionnels de l’industrie. Bureaux d’études, designers industriels ou encore professionnels de santé l’utilisent pour faire des prototypes. C’est le début de ce que l’on appelle la quatrième révolution industrielle. Trente ans plus tard, les techniques se sont multipliées et ces mêmes industriels ont intégré l’impression 3D dans leur chaîne de fabrication. On est passé du prototype à la production en série, avec des développements dans le domaine du stockage et de la supply chain, mais aussi dans le secteur médical.

 

SIGNALÉTIQUE ET AFFICHAGE GRAND FORMAT

 

Lorsqu’il arrive sur le marché de l’impression 3D en 2016, le constructeur israélien Massivit fait figure d’OVNI. Sa stratégie est radicalement différente de celle des acteurs historiques du secteur, voire à contre-courant. Son objectif : aider les professionnels de l’impression numérique à faire la différence sur un marché devenu ultra concurrentiel en proposant, grâce à l’impression 3D, de la sculpture grand format. Autrement dit, faire de la création de pièces uniques, à l’heure où tout le petit monde de l’industrie 3D ne rêve que de production en série. « Massivit est une entreprise à part dans le domaine de l’impression 3D, dans la mesure où elle a été fondée par des spécialistes de l’impression numérique grand format, pour des spécialistes de l’impression numérique grand format. Avec l’idée de leur proposer une solution performante pour les aider à se distinguer sur les marchés de la signalétique et de l’affichage », confirme Isabelle Marelly, la directrice marketing de Massivit.

 

 

 

 

Pour aller plus loin, ré-écoutez l’interview d’Isabelle Marelly, directrice marketing de Massivit, réalisée à l’occasion du salon C!Print 2018 :

 

Journaliste et content manager spécialisée dans le domaine des industries graphiques et créatives. Diplomée du CFPJ Paris (Centre de formation des journalistes), Cécile Jarry suit depuis plus de dix ans l’actualité de ces secteurs. Elle collabore aujourd’hui au magazine Industries Créatives, où elle décrypte les campagnes de personnalisation orchestrées par les plus grandes marques. Elle travaille notamment sur le phénomène du fast retail et de la personnalisation de l’expérience client.