Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.

Scénographie urbaine : JCDecaux habille Cartier

Première boutique du joaillier, ouverte par Louis Cartier en 1899, l’établissement de la rue de la Paix, à Paris, fait l’objet d’un programme de rénovation ambitieux. Pour habiller l’édifice pendant la durée des travaux, la célèbre maison a fait appel aux équipes de JCDecaux Artvertising. Résultat : une incroyable scénographie qui aura nécessité un an de travail, mobilisé pas moins de 100 personnes et sollicité une multitude de savoir-faire.

 

En plein cœur du quartier de la joaillerie à Paris, l’hôtel particulier du 13 rue de la Paix héberge depuis 1899 la plus ancienne boutique de la Maison Cartier. Créée par Louis Cartier en personne, l’établissement iconique du joaillier français est aujourd’hui entré dans une phase de rénovation ambitieuse. Mais la marque a saisi l’occasion de ces travaux d’envergure pour mener une prise de parole originale, en s’adressant autrement à ses clients, aussi bien qu’aux passants de la rue de la Paix. Pour ce faire, la Maison Cartier a fait appel aux services de JCDecaux Artvertising, spécialiste de la scénographie urbaine, afin de créer un spectaculaire habillage de chantier, qui soit aussi une expérience éphémère poétique.

 

1 an de travail, une centaine de personnes mobilisées

 

Il aura fallu près d’un an et pas moins de 100 personnes pour imaginer, concevoir et réaliser cette impressionnante scénographie, sur site et en atelier. Une multitude de métiers et savoir-faire ont été impliqués dans le projet. Architectes, artistes, scénographes, imprimeurs, ingénieurs, alpinistes, maquettistes, sculpteurs, ferronniers d’art, peintres ou encore électriciens ont été mobilisés sur ce dispositif composé, entre autres, d’une palissade habillée d’huisseries en bois peintes en noir, d’un espace de déambulation de plus de 25 mètres de haut et de trois vitrines animées et mises en lumière.

 

Un projet éco-responsable

 

Pour rester ancrés dans l’histoire de Cartier, tous les habillages reprennent les détails de la façade de l’hôtel particulier, auxquels ont été adjoints des décors exceptionnels, dont un claustra monumental doré reprenant le monogramme Cartier dans l’esprit d’un moucharabieh, ou encore un passage couvert immersif entraînant les passants dans l’univers de la marque. Il aura fallu moins de dix jours aux équipes de JCDecaux et ses sous-traitants pour installer l’habillage. Une véritable prouesse technique, qui s’inscrit dans le cadre d’une démarché éco-responsable. En effet, à l’issue du chantier, tous les décors seront intégralement reconditionnés ou recyclés. « Nous sommes très fiers de ce partenariat avec Cartier et du formidable travail de nos équipes. En repoussant les limites de la scénographie urbaine sur le flagship mythique de la plus grande maison mondiale de haute joaillerie, JCDecaux démontre son savoir-faire pluridisciplinaire et sa capacité unique d’embellir la ville, en accompagnant les marques et magnifiant leur image à l’occasion de leurs projets de rénovation », estime Isabelle Schlumberger, directrice générale Commerce, Marketing et Développement France, Belgique, Luxembourg et Israël de JCDecaux.

 

 

Photos : ©Cartier, ©JCDecaux

 

 

LE PROJET EN DÉTAIL

– Une toile de plus de 500 m² habillant le passage couvert

– 28 fenêtres décoratives sur-mesure, comprenant chacune un encadrement couleur pierre, un balcon, un garde-corps « monogramme » en acier doré et un store rouge aux couleurs de la marque

– 3 rangées de corniches fidèles à la façade

– Plus de 400 m² de panneaux façon marbre, pour reproduire la boutique en trompe-l’œil

– 3 vitrines décoratives animées et mises en lumière

– Plus de 50 éléments de décors faits main, incluant des haut-de-colonnes, écussons, bas-de-colonnes, logos et autres surfaces d’expression

– Une rangée de lanternes d’époque pour sublimer l’immersion historique

– 4 caissons rétroéclairés, afin d’orienter, de nuit, les clients de la marque

– La reproduction intégrale de la porte iconique du 13 rue de la Paix, avec ses nombreux détails

– Près de 150 mètres d’huisseries en bois peintes en noir, pour sublimer la palissade

Journaliste spécialisé dans le domaine des industries graphiques, Florent Zucca est rédacteur en chef du magazine IC LE MAG / Industries Créatives, où il analyse les opérations de personnalisation menées par les marques en matière de retail, de packaging, de décoration et de communication. Diplômé de l’ISCPA Lyon (Institut Supérieur de la Communication, de la Presse et de l’Audiovisuel), il a auparavant travaillé, pendant près de dix ans, dans la presse économique.