Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.

Impression 3D : Nike imprime sa première basket

Chez Nike, le rêve d’une chaussure entièrement imprimée en 3D est en passe d’être réalisé. Grâce à son nouveau procédé d’impression Flyprint, le géant américain vient d’annoncer qu’il est désormais en mesure d’imprimer l’empeigne de ses chaussures, autrement leur partie supérieure. C’est un tournant majeur dans ce secteur où jusqu’ici l’impression 3D était surtout utilisée pour la fabrication de semelles.

 

Nike vient de franchir une étape décisive dans le domaine de la fabrication additive de chaussures de sport. Son nouveau procédé, baptisé Flyprint, mêle l’analyse de données récupérées auprès des athlètes et l’impression 3D. Le géant américain utilise pour cela la technologie Solid Deposit Modelisation (SDM) qui permet de dérouler et de fondre des filaments de polyuréthane thermoplastique (TPU) pour en faire des couches successives puis leur donner les formes désirées. Plus les fils sont espacés, plus le textile est souple. À l’inverse, plus ils sont serrés, plus le textile offre du maintien.

 

Des chaussures plus légères et sur-mesure

Les avantages de cette technologie sont multiples, à commencer par le gain de temps. Grâce à Flyprint, Nike est aujourd’hui en mesure de produire des prototypes 16 fois plus rapidement qu’avec une fabrication traditionnelle. Autre avantage : la fonte des fibres de TPU permet d’éviter les coutures mais aussi la colle, ce qui joue sur le poids des chaussures, qui s’allège ainsi de quelques dizaines de grammes. Ce qui, quand on pratique un sport de haut-niveau, est extrêmement précieux. Cette technologie permet enfin de faire des ajustements très précis en fonction des pieds de chaque athlète, et ce, sans changer la forme globale de la chaussure.

 

Une première victoire avec le marathonien vedette Eliud Kipchoge

L’étape est décisive pour Nike qui, grâce à cette technologie, entend, ni plus ni moins, améliorer les performances des athlètes de haut niveau. Eliud Kipchoge, le marathonien le plus rapide du monde, vient de remporter le marathon de Londres. À ses pieds : une paire de Nike Zoom Vaporfly Elite fabriquées en 3D.

 

 

 

 

 

 

LIRE AUSSI :
Des Nike personnalisables en réalité augmentée

Journaliste et content manager spécialisée dans le domaine des industries graphiques et créatives. Diplomée du CFPJ Paris (Centre de formation des journaliste), Cécile Jarry suit depuis plus de dix ans l’actualité de ces secteurs. Elle collabore aujourd’hui au magazine Industries Créatives, où elle décrypte les campagnes de personnalisation orchestrées par les plus grandes marques. Elle travaille notamment sur le phénomène du fast retail et de la personnalisation de l’expérience client.