Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.
L'imprimeur Métropole a réalisé 5 personnages de BD en impression 3D grand format pour le 46e festival d'Angoulême.

Angoulême célèbre la bande dessinée en 3D !

Pour la 46e édition du festival de la bande dessinée, l’imprimeur Métropole, spécialiste de l’impression 3D grand format, a réalisé cinq personnages de BD grandeur nature qui ont été installés en gare d’Angoulême, principal point d’arrivée des festivaliers.

 

Chaque année, le monde du 9e art se réunit à Angoulême et tout ce petit monde arrive… par la gare ! Première porte d’entrée du festival, la gare se transforme donc en lieu communicant, afin de plonger les visiteurs dès leur arrivée dans l’univers de la bande dessinée. Pour sa 46e édition, qui s’est déroulée du 24 au 27 janvier derniers, le festival s’est rapproché de Gares & Connexions, entité gestionnaire des gares voyageurs du réseau ferré français, afin de créer une animation nouvelle en gare d’Angoulême : reproduire grandeur nature des personnages iconiques de bande dessinée en impression 3D !

 © Métropole

UN MOIS DE PRODUCTION POUR CINQ PERSONNAGES

Partenaire de longue date de Gare & Connexions et spécialiste de l’impression 3D grand format, l’imprimeur numérique francilien Métropole (92) s’est chargé de réaliser les cinq personnages en respectant les délais très courts imposés par le festival. Blake et Mortimer, Spirou et Séccotine, ainsi que Le Fauve, mascotte du festival d’Angoulême, sont ainsi sortis des ateliers de Métropole en moins d’un mois ! Une prouesse réalisée grâce à la technologie d’impression 3D grand format de la machine Massivit 1800. Grâce à un procédé qui consiste à extruder un polymère photosensible sous forme de gel (Gel Dispensing Printing) qui durcit instantanément sous l’effet d’une lumière UV au fur et à mesure de l’impression, la machine du constructeur israélien Massivit permet de créer des objets 3D de grande taille à très haute vitesse. Des objets bruts, auxquels il convient d’appliquer ensuite les finitions adéquates.

 © Métropole

CRÉER DU BUZZ… ET DE L’ENGAGEMENT

« Il aura fallu moins de quatre semaines de travail, soit 80 heures d’impression 3D et 200 heures d’assemblage, de sculpture et de peinture, pour créer les cinq personnages présents en gare d’Angoulême », explique Denise Zanet, directrice marketing et développements chez Métropole. « Seul le procédé d’impression Massivit 3D, utilisé par Métropole, était en mesure de tenir le rythme. Ce fut un véritable tour de force de leur part. Le jour de l’ouverture du festival, nos statues grand format étaient en place, créant l’effet de surprise escompté auprès des visiteurs », se félicite Franck Bondoux, président du festival. Au-delà du buzz suscité sur les réseaux sociaux, le festival d’Angoulême a surtout réussi, avec ses cinq personnages en 3D, à créer de l’engagement auprès des festivaliers.

Journaliste spécialisé dans le domaine des industries graphiques, Florent Zucca est rédacteur en chef du magazine IC LE MAG / Industries Créatives, où il analyse les opérations de personnalisation menées par les marques en matière de retail, de packaging, de décoration et de communication. Diplômé de l’ISCPA Lyon (Institut Supérieur de la Communication, de la Presse et de l’Audiovisuel), il a auparavant travaillé, pendant près de dix ans, dans la presse économique.