Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.
Dior avenue Montaigne women empowerment

Dior emballe la façade de sa boutique de l’avenue Montaigne

Cinquante ans après Mai 68, Dior redescend dans la rue en affichant sur sa façade des slogans qui ont marqué cette époque… et l’histoire de la maison.

 

 

« Women Empowerment », « Youthquake », « La beauté est dans la rue », « Women’s Rights are Human Rights », tels sont les slogans que l’on peut découvrir depuis quelques jours sur la célèbre façade de Dior, au 30 de l’avenue Montaigne à Paris. La marque de luxe a décidé de célébrer, à sa façon, les 50 ans de Mai 68. Elle a pour cela décidé d’emballer sa façade, dans une toile grand format, sur laquelle elle a fait imprimer… ses revendications. Cette installation, magnifiquement scénographiée par Athem, donne un écho original à la collection automne-hiver 2018-2019 de la marque, conçue par la directrice artistique de la maison, Maria Grazia Chiuri. À la tête des collections féminines de Dior depuis 2016, l’Italienne a ouvert son dernier défilé avec cette phrase « C’est Non, Non et Non !« , un slogan apparu à l’origine sur un foulard Miss Dior créé dans les années 60 et repris cette année sur un pull oversize. Dans la salle du défilé elle-même, la créatrice avait également imaginé, avec Bureau Betack, un décor dans le ton, avec des des murs également tapissés de slogans.

 

 

 

Dans la boutique mythique du « 30 avenue Montaigne », l’esprit de Mai 68 s’affiche aussi sur les murs personnalisés aux couleurs de la collection © Dior / Raphaël d’Autigny

Journaliste et content manager spécialisée dans le domaine des industries graphiques et créatives, Cécile Jarry suit depuis plus de dix ans l’actualité de ces secteurs. Elle collabore aujourd’hui au magazine Industries Créatives, où elle décrypte les campagnes de personnalisation orchestrées par les plus grandes marques. Elle travaille notamment sur le phénomène du fast retail et de la personnalisation de l’expérience client.