Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.
Iggesund-(c)-Iggesund

La carte de vœux d’Iggesund : un challenge pour les designers

Tous les ans, le papetier suédois Iggesund édite une carte de vœux qui met en valeur les possibilités offertes par ses cartons. Réalisée par un prestataire différent chaque année, la carte est devenue un challenge, que les designers relèvent avec toujours plus d’ingéniosité.

 

C’est devenu un rituel au sein de la communauté des industries créatives. Tous les ans à la même période, designers et prestataires de communication visuelle attendent la nouvelle mouture de la carte de vœux d’Iggesund Paperboard, espérant de nouveau être surpris par le papetier suédois. Réalisée chaque année par un prestataire différent, puis envoyée gratuitement à qui en fait la demande, le bel objet papier édité par le fabricant pour les fêtes met en valeur les possibilités offertes par ses cartons Invercote et Incada.

Pour la nouvelle édition de sa carte de vœux, baptisée MyForest, Iggesund Paperboard a choisi de représenter une forêt magique, sous la forme d’une boîte-cadre en relief découpée au laser et imprimée à l’encre argentée, à laquelle le destinataire peut donner vie grâce à son téléphone portable. En effet, en scannant le QR Code imprimé sous la boîte, puis en plaçant son smartphone sous la structure, l’utilisateur déclenche un jeu de lumières qui imite la magie des aurores boréales.

 

Une créativité née des contraintes

 

Le projet a été conçu par l’agence américaine de marketing print Structural Graphics. Implanté à Essex, dans le Connecticut, le studio fabrique, à partir de papiers et de cartons de tous types, des courriers en 3D et des supports marketing interactifs qui créent la sensation par leur côté « vivant », ou encore des designs innovants qui combinent print et digital. Ici, la complexité technique de la carte imposait un certain nombre d’exigences. Il fallait un matériau opaque et d’une bonne pliabilité, mais suffisamment rigide pour tenir la forme, et d’une qualité supérieure en matière d’imprimabilité.

L’agence a donc choisi de travailler avec l’Invercote Creato (350 g/m2). « C’est un excellent matériau pour les pop-ups et il supporte les contraintes des techniques utilisées pour les courriers en 3D, explique Erik Hluchan, Pdg de Structural Graphics. Il endure également un grand nombre de traitements, découpe laser comprise ». Conçu pour l’emballage et pour les applications graphiques, l’Invercote Creato se prête à l’impression sur ses deux côtés, couchés et qui possèdent une finition satinée. De quoi s’immerger dans les forêts boréales de Suède. Magique !

 

 

Journaliste spécialisé dans le domaine des industries graphiques, Florent Zucca est rédacteur en chef du magazine IC LE MAG / Industries Créatives, où il analyse les opérations de personnalisation menées par les marques en matière de retail, de packaging, de décoration et de communication. Diplômé de l’ISCPA Lyon (Institut Supérieur de la Communication, de la Presse et de l’Audiovisuel), il a auparavant travaillé, pendant près de dix ans, dans la presse économique.