Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.

Amazon, acteur grandissant de l’impression à la demande

Mondialement connu pour sa marketplace BtoC, Amazon est aussi un acteur majeur du BtoB qui investit de plus en plus lourdement sur le marché de l’impression à la demande et plus particulièrement de la personnalisation d’objets et de textile. Le géant américain vient ainsi de signer un contrat faramineux de 400 millions de dollars avec le constructeur israélien de machines d’impression numérique Kornit, confirmant ses ambitions dans le monde du print.

 

Par Florent Zucca et Cécile Jarry

 

 

« Elephant in the room » disent les Américains. Difficile, en effet, d’ignorer les ambitions du groupe Amazon dans le secteur de l’impression. En septembre dernier, le constructeur israélien de machines d’impression numérique Kornit a annoncé la signature d’un contrat colossal de 400 millions de dollars avec le géant des GAFA. L’accord, qui court sur une durée de cinq ans, prévoit l’achat, pour 250 millions de dollars, de machines d’impression numérique et d’encres, les 150 millions de dollars restants étant réservés pour l’acquisition de nouveautés à venir.

Ce « méga deal » confirme la stratégie d’Amazon sur le segment du BtoB, entamée il y a plusieurs années, et qui cible particulièrement la personnalisation d’objets et de textile, marché sur lequel le groupe de Jeff Bezos pourrait prendre des parts significatives. En effet, le géant américain construit patiemment son offre d’impression numérique à la demande, au travers de sa solution Merch by Amazon – et de ses services associés Amazon Custom et Amazon Merch Collab – une activité qui connaît une croissance forte et rapide. Mais les ambitions d’Amazon ne s’arrêtent pas au marché de l’objet et du textile promotionnel, puisque le leader des GAFA lorgnerait déjà sur la décoration imprimée et le sportswear. Deux marchés en forte croissance, où la technologie d’impression numérique textile de Kornit répond parfaitement aux besoins… Un appétit qui, au-delà de l’impression textile, préfigure une arrivée en force sur le marché de l’impression commerciale.

 

DES OPPORTUNITÉS POUR LES PROFESSIONNELS DU PRINT

 

Si les ambitions d’Amazon peuvent intimider les professionnels du print, notamment au regard des moyens déployés, elles peuvent également nourrir des opportunités. « Avec Amazon Custom, il est désormais possible de vendre de l’imprimé personnalisé sur la plus grosse place de marché du monde. C’est une révolution industrielle à elle seule, et croyez-moi, nous n’en sommes qu’aux balbutiements. Cela va forcément bouleverser le secteur de l’imprimerie en ligne, en particulier pour les produits photos et les objets publicitaires. De la personnalisation de masse des années 1990 à 2010, on passe aujourd’hui à la “méga-masse”, via les méta-marketplaces », analyse Ludovic Martin, consultant e-commerce et spécialiste du web-to-print.

En France, la plateforme d’impression en ligne d’étiquettes personnalisées Adesa-Smartlabel a été parmi les premières à proposer ses services sur la plateforme. Déjà équipée de tous les outils pour gérer des commandes en ligne, elle a saisi l’occasion pour bénéficier du flux de la marketplace. Sur son store, les clients peuvent ainsi personnaliser leurs étiquettes à partir de modèles proposés, passer commande et recevoir leur livraison sous quatre jours. « La désintermédiation est en marche. Pour les imprimeurs-producteurs, il y a une chance à saisir. Ils peuvent jouer un véritable rôle de producteur en circuit court, capable d’offrir le meilleur de l’expérience digitale et du service de proximité avec, à la clé, un modèle hybride qui apporte une vraie réponse aux problématiques de réduction de l’impact environnemental de l’achat d’imprimés, explique Ludovic Martin, dans une analyse publiée dans IC Le Mag. D’ici quatre à cinq ans, j’ai la conviction qu’il y aura moins de majors, mais qu’ils seront plus gros – avec probablement Amazon au milieu – et qu’une nuée d’imprimeurs hybrides spécialisés se sera développée, offrant des services digitaux et des magasins de proximité ».

 

 

Visuel © AFP