Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.

Petit précis d’ennoblissement

(Re)découvrez les grandes techniques qui permettent à l’embellissement traditionnel de donner à l’imprimé ses lettres de noblesse.

MARQUAGE À CHAUD

© Cécile Touati – decanoisette.com

Il peut être or, argent, de couleur, mat ou brillant. Le marquage à chaud possède plusieurs avantages : il est couvrant, opaque et peut se travailler au niveau de sa matière même, prenant des effets de texture qui lui donnent une richesse supplémentaire. Exploité sur un couché ou un papier de création, le marquage à chaud revêt un caractère haut de gamme et luxueux. Et associé à un gaufrage, ses effets sont amplifiés.

> TECHNIQUE

On applique, à chaud, une pellicule de pigments colorés ou métallisés sur le support (papier, carton, PVC), à l’aide d’un cliché en métal dont le motif est gravé en relief. Le marquage peut être microstructuré et texturé, ou encore galbé.

 

GAUFRAGE

© Cécile Touati – decanoisette.com

Accrocher la lumière, donner au papier des nuances de volume, jouer l’épure ou la sophistication : la technique du gaufrage est garante d’élégance et de raffinement, qu’elle soit utilisée seule ou associée à un marquage à chaud, une sérigraphie ou une découpe, qui amplifieront ses effets. Recherche de modernité ou de classicisme : le gaufrage s’exploite sans restriction et s’adapte à tous les types de créations.

> TECHNIQUE

Le gaufrage consiste à créer un motif en relief, grâce à un cliché gravé en profondeur et un second gravé en relief, entre lesquels est placé le support. Pressées, les deux parties créent un volume par déformation. Gaufrages texturés ou multiniveaux, et estampages (déformations en creux) complètent la gamme des techniques.

 

SÉRIGRAPHIE

© Cécile Touati – decanoisette.com

Imprimer des couleurs lumineuses, saturées, denses ou fluorescentes, mates, brillantes ou métalliques. Déposer des vernis qui apporteront texture, brillance ou volume. Autant d’atouts qui constituent la richesse de l’impression sérigraphique, technique qui offre un large spectre d’applications.

> TECHNIQUE

L’impression sérigraphique consiste à appliquer des encres ou des vernis sur divers supports (papier, carton, PVC…) à travers un écran (ou pochoir) de différentes mailles.

 

VERNIS

© Cécile Touati – decanoisette.com

Mats, satinés, brillants, colorés, pailletés, nacrés, structurés : les vernis constituent une gamme riche d’artifices. Des plus étonnants aux plus discrets, ils offrent une vaste palette pour jouer les nuances, oser les contrastes, tester des associations, composer des mélanges, expérimenter des textures. Une vraie source d’effets visuels et tactiles.

> TECHNIQUE

Les vernis sélectifs sont appliqués soit par transfert avec une plaque photopolymère en relief (offset), soit à travers un écran de différentes mailles (sérigraphie), tandis que les vernis en plein sont appliqués sur toute la surface du support avec un cylindre caoutchouc.

 

PELLICULAGE

© Cécile Touati – decanoisette.com

Mate ou brillante, la transparence du pelliculage lui permet d’embellir et de protéger. Puis, en se dotant d’effets de métal argent ou doré, en devenant parfois miroir, scintillement irisé ou couleur intense, il offre un véritable potentiel créatif aux artifices étonnants, complices de la lumière.

> TECHNIQUE

On applique, sur des supports synthétiques et des papiers, un film encollé, opaque ou transparent. Le pelliculage s’opère par calandrage, procédé qui consiste à laminer le film entre des cylindres chauffés.

 

FAÇONNAGE

© Cécile Touati – decanoisette.com

Les dernières phases de fabrication concrétisent une création. Découper, plier, coller, assembler, sont autant d’étapes essentielles qui finalisent un document. Simple ou complexe, le façonnage est l’aboutissement du projet. Il révèle sa forme définitive, son originalité, ses subtilités, son parti pris. Soin et précision sont alors les maîtres mots.

> TECHNIQUES

Le façonnage rassemble les opérations qui finalisent la fabrication d’un projet. On y retrouve les étapes de découpe, de rainage et de pliage/collage.

 

(Source : Japell Hanser & SAG)

Journaliste spécialisé dans le domaine des industries graphiques, Florent Zucca est rédacteur en chef du magazine IC LE MAG / Industries Créatives, où il analyse les opérations de personnalisation menées par les marques en matière de retail, de packaging, de décoration et de communication. Diplômé de l’ISCPA Lyon (Institut Supérieur de la Communication, de la Presse et de l’Audiovisuel), il a auparavant travaillé, pendant près de dix ans, dans la presse économique.