Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

    Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

    Follow Point

    Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.

    Matières à réfléchir

    Packaging, communication, édition, signalétique, ou encore étiquette : les supports responsables essaiment dans tous les secteurs. Florilège.

    PACKAGING

    UN PAPIER ÉCO-RESPONSABLE SANS ALUMINIUM POUR LE SECTEUR DE L’EMBALLAGE CHEZ ARJOWIGGINS

    © Arjowiggins

    Alternative aux matériaux plastiques et complexes à base d’aluminium, Sylvicta, la nouvelle solution d’emballage d’Arjowiggins, est un papier recyclable, compostable et biodégradable en milieu marin, doté d’importantes propriétés barrières. Une avancée majeure dévoilée l’an dernier. Sylvicta est un papier apte au contact alimentaire, translucide et fonctionnel. Ses propriétés barrières avancées lui permettent d’optimiser la conservation des aliments ou des produits sensibles, au même titre que les matériaux plastiques et aluminium conventionnels, mais avec un impact environnemental très fortement réduit.

    Grâce à leur expertise en matière de raffinage des fibres de cellulose, les équipes de R&D d’Arjowiggins sont parvenues à développer des fonctionnalités poussées sans recourir à des traitements chimiques. L’une des caractéristiques les plus marquantes de Sylvicta est sa barrière à l’oxygène – la principale cause de détérioration des aliments – qui permet de contribuer à la réduction du gaspillage alimentaire en prolongeant la durée de conservation des aliments.

    Sur les lignes de transformation conventionnelles, le papier est compatible avec plusieurs solutions d’ennoblissement : dorure à chaud, contrecollage, offset, flexographie, métallisation ou enduction d’une couche scellable (à chaud ou à froid). Arjowiggins a par ailleurs tissé un vaste réseau de transformateurs, afin de rendre son papier fonctionnel et développer de nombreuses solutions d’emballages recyclables, telles que des sacs pour conditionner des fruits secs et des céréales, des flowpacks pour des biscuits ou des coffrets pour des sandwichs. Autre bon point : Sylvicta s’inscrit dans un schéma d’économie circulaire. Certifié PEFC et FSC, il est recyclable dans la filière papier grand public.

    COMMUNICATION

    UN NOUVEAU SUPPORT TEXTILE BIODÉGRADABLE CHEZ BELTEX 

    © Beltex

    Distributeur de supports pour l’impression numérique grand format et la communication visuelle, la société belge Beltex propose, depuis le premier trimestre 2022, une toile textile biodégradable : la Cotton Sub 270 FR. Le rapport de test, réalisé par un laboratoire indépendant, indique une dégradation de la matière de 94 % après seulement 90 jours.

    Produit par le groupe portugais Endutex, ce support à base de coton tissé, qui dispose d’un PV d’ignifugation B-s2-d0, est imprimable en UV, Latex, sublimation directe et par transfert. « En plus de sa belle planéité, ce média offre un stretch intéressant pour une bonne tension du média et montre peu de marquage à la pliure », explique le distributeur, qui propose cette toile enduite en rouleaux de 1,55 m ou 3,10 m de laize. Un produit qui a déjà séduit des spécialistes de l’impression numérique grand format, à l’instar des Ateliers Cassandre, qui utilisent déjà le support dans leur usine de Wissous (91).

    COMMUNICATION & PACKAGING

    DES PAPIERS FINS NON COUCHÉS CERTIFIÉS « CRADLE TO CRADLE » CHEZ MONDI

    © Mondi

    Le groupe Mondi, leader mondial de l’emballage et du papier, a reçu la certification Cradle-to-Cradle Certified pour ses papiers fins non couchés produits dans ses usines d’Autriche, de Slovaquie et de Russie. Sont concernées les marques Color Copy et Pergraphica, la gamme de papiers recyclés Nautilus, ainsi qu’un large éventail de papiers de bureau.

    Le programme Cradle-to-Cradle Certified désigne une approche globale visant à maintenir les matériaux et ressources en circulation et à éliminer les déchets. La certification est décernée par le Cradle-to-Cradle Products Innovation Institute, qui se consacre à la promotion de l’économie circulaire grâce à des produits ayant un impact positif sur les personnes et la planète. La gamme de papiers fins non couchés de Mondi a fait l’objet d’évaluations dans l’ensemble des cinq catégories du label (voir encadré), atteignant des niveaux allant de Bronze à Or.


    QU’EST-CE QUE LE CRADLE TO CRADLE ?

    La certification Cradle to Cradle est une norme internationale de l’économie circulaire. Littéralement, cradle to cradle signifie « du berceau au berceau ». Ce nom est né en opposition au fonctionnement de l’économie actuelle, basée sur le cradle to grave, qui signifie « du berceau à la tombe ». La démarche a donc pour objectif de générer de la valeur à chaque étape d’un processus de fabrication d’un produit. Cinq critères sont audités : la non-toxicité et la recyclabilité du produit, la gestion de l’eau et de l’énergie sur le site de production, et le bilan sociétal de l’entreprise. Le niveau de certification est décidé par l’organisme à but non lucratif Cradle to Cradle Product Innovation Institute. Un produit reçoit un niveau de certification dans chaque catégorie (Basique, Bronze, Argent, Or ou Platine). L’objectif est d’accompagner les entreprises dans leur transition. À noter : la certification Cradle to Cradle est plus exigeante et plus sévère que le règlement européen REACH.


    ÉDTION, COMMUNICATION & EMBALLAGE

    LA PAPETERIE ARCTIC PAPER MUNKEDALS CERTIFIÉE « CRADLE-TO-CRADLE »

    © Arctic Paper Munkedals

    La papeterie Arctic Paper Munkedals a reçu la certification « Cradle to Cradle Certified ». L’usine du groupe Arctic Paper située en Suède a obtenu le niveau Bronze pour l’ensemble de sa gamme de papiers : Munken Design, Munken Book, Amber Graphic et Munken Kraft.

    Concernant les produits chimiques utilisés au cours de la fabrication des papiers, le papetier a obtenu le niveau « Argent », qui indique que les substances utilisées sont considérées comme non nocives pour les hommes et l’environnement, offrant ainsi une garantie supplémentaire sur le moindre impact de ses process de production. Fort de cette certification, Arctic Paper envisage aujourd’hui de l’étendre à ses autres sites de production. Le groupe possède trois papeteries : deux en Suède et une en Pologne.

    ENSEIGNE & SIGNALÉTIQUE

    UN MATÉRIAU RECYCLABLE À BASE DE COSSE DE RIZ CHEZ SEMIOS

    © Semios

    Le Sign’Lab, laboratoire d’innovation interne du groupe Semios (35) a identifié, testé et approuvé un nouveau matériau entièrement recyclable, conçu à base de cosse de riz, et dont les propriétés permettent de produire des enseignes et de la signalétique de façon plus durable.

    Acteur majeur de l’enseigne, de la signalétique et de la décoration, en France et à l’international, Semios propose ce produit 100 % recyclable depuis près de trois ans. Il a été identifié par les équipes de recherche du Sign’Lab comme une alternative écologique et technique crédible.

    Constitué à 60 % de cosse de riz (déchet de l’industrie agroalimentaire), 22 % de sel de gemme et 18 % d’huile minérale, ce produit en fibres naturelles offre un rendu à l’aspect bois. En matière de découpe et de fraisage, le matériau, dense mais tendre, se découpe et se ponce très facilement, et supporte très bien la gravure. Et les copeaux sont récupérables et recyclables. Pour le thermoformage, le produit offre une très bonne mémoire de forme et ne présente aucune déformation des chants lors de la mise en forme. En ce qui concerne le collage et vissage, il permet une bonne pénétration des vis et une très bonne imprégnation et tenue au collage.

    Autre atout, ce matériau imprimable, adhésivable et peignable sans traitement préalable particulier, offre une grande résistance aux UV, à l’eau et aux variations de température. Ce qui le rend adapté à des projets d’enseignes, de signalétique, d’aménagement et de décoration, en intérieur comme en extérieur. Plusieurs clients grands comptes – comme les Hôtels Logis ou l’ascensoriste Kone – ont déjà été séduits par le nouveau matériau de Semios, qui travaille des plaques de 2440 x 1220 mm, sur quatre épaisseurs disponibles (8, 12, 16 ou 20 mm).

    Lancé il y a cinq ans, le Sign’Lab est ouvert aux 130 collaborateurs de l’entreprise et propose des ateliers participatifs de recherche autour de quatre grandes thématiques : l’enseigne autonome, l’impression 3D, l’affichage dynamique et l’éco-conception.

    COMMUNICATION, PACKAGING & ÉTIQUETTE

    UN RECYCLAGE PAR LE HAUT POUR LES PAPIERS DE CRÉATION REFIT DE FAVINI

    © Atelier Bulk © Favini

    Réutiliser les déchets de l’une des industries les plus polluantes, la mode, pour en faire un papier haut de gamme : voici le principe du Refit. Développé par le fabricant italien Favini, le Refit est distribué en exclusivité par Antalis. Les papiers de cette gamme reposent sur les principes de l’économie circulaire : les fibres textiles de laine et de coton jugées trop courtes pour l’industrie de la mode – et qui sont habituellement jetées – sont réutilisées et transformées en papier de qualité. On appelle cela de l’upcycling (ou recyclage par le haut).

    Composés de 15 % de fibres de laine ou de coton issues de l’industrie italienne du cardage, de la filature et du tissage, de 40 % de cellulose recyclée post-consommation certifiée FSC et de 45 % de fibres de cellulose vierge également certifiées FSC, les papiers Refit contribuent à limiter l’utilisation de matières premières vierges. Recyclable et biodégradable à 100 %, cette gamme de papiers éco-responsables est par ailleurs fabriquée à partir d’une énergie verte : l’hydroélectricité auto-produite par l’usine de Favini, lui conférant un impact carbone neutre.

    Disponibles du 120 au 360 g/m2, les papiers Refit offrent une expérience tactile singulière. Visibles en surface, les résidus textiles confèrent au produit un toucher authentique : une certaine rugosité pour la laine et une forme de douceur pour le coton. Destinée à un usage varié (invitations, couvertures de livres, étiquettes de vêtements, packaging…), la gamme se scinde en deux produits haut de gamme : les Refit Wool et Refit Cotton.

    Disponible en noir ou en bleu et composé de chutes de laine, le Refit Wool est compatible avec toutes les techniques d’embellissement, telles que le marquage à chaud et le gaufrage. Les peluches si caractéristiques de la laine, clairement apparentes, donnent au papier un cachet particulier, au niveau visuel bien sûr, mais aussi tactile.  À l’image du Refit Wool, la déclinaison Refit Cotton est compatible avec toutes les principales techniques d’embellissement et de transformation et adaptée aux impressions offset et toner sec. Décliné en blanc, nacré ou gris, le Refit Cotton se définit par un aspect chiné et doux au toucher, lié à sa teneur en coton.

    Journaliste, Cécile Jarry suit depuis plus de dix ans l’actualité des secteurs des industries graphiques et créatives. Responsable veille & contenu chez 656 Editions, elle collabore aujourd’hui au magazine Industries Créatives. Ses sujets de prédilection : le design durable, l'éco-conception, la personnalisation ainsi que les dernières évolutions de l'industrie.