Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.

Fast-déco : le nouveau modèle ?

La décoration imprimée s’applique aussi au mobilier. Dans ce domaine, l’impression numérique textile ouvre la voie à de nouveaux business modèles. Aux Etats-Unis, l’entrepreneure Christiane Lemieux a créé la société The Inside, qui propose aux particuliers du mobilier design, produit à la demande. Pas de stock, des délais de livraison courts et des prix accessibles : la fast-fashion inspire la fast-déco. Pour le meilleur et pour le pire ?

 

 

Comment satisfaire les besoins en mobilier des millenials, cette génération qui voudrait des objets uniques, mais qui n’a pas les moyens de s’offrir le canapé signé par un designer de renom et qui n’a pas la patience d’attendre plusieurs mois la livraison d’un meuble fait sur-mesure ? Cette problématique a longtemps hanté l’entrepreneure canadienne Christiane Lemieux, dont la réflexion partait d’un double constat : les millenials représentent aujourd’hui 34 % des accédants à la propriété (66 % des primo-accédants) et cette génération, bercée aux réseaux sociaux, a tendance à s’occuper de ses intérieurs comme de ses garde-robes, en changeant souvent et rapidement de styles, pour rester à la mode et le faire savoir.

 

FABRICATION ET IMPRESSION À LA DEMANDE

La fondatrice de la maison de design DwellStudio, revendue au géant américain de la décoration et du mobilier en ligne Wayfair, réussit à résoudre l’équation en 2017. La dirigeante lance alors la société The Inside, qui propose, via un site marchand, du mobilier design et personnalisé, fabriqué à la demande, à des prix abordables et livré en des temps records. Comment ? La dirigeante a équipé les usines de ses trois fournisseurs de mobilier (basées en Illinois, Pennsylvanie et Caroline du Nord) d’imprimantes numériques capables d’imprimer sur des fibres textiles naturelles, coton et lin en tête.

Chaque commande passée sur le site permet de lancer la fabrication du mobilier, l’impression du revêtement textile et l’assemblage, à la demande. Sans stock à financer, The Inside peut donc proposer des collections capsules de sommiers, têtes de lits, banquettes, coussins, ottomans, repose-pieds, transats ou paravents signées par des designers, et donc made in USA, à des prix extrêmement compétitifs. Le cycle de production étant très court et les produits envoyés aux clients directement depuis les usines, The Inside arrive à proposer des délais de livraison dignes de la fast-fashion : entre 6 à 14 jours !

©The Inside

 

UNE STRATÉGIE PENSÉE POUR LE B2C

Cette extrême réactivité, nécessaire pour séduire une clientèle biberonnée aux livraisons ultra-rapides d’Amazon, est aussi le résultat d’un business modèle tourné vers l’expérience client BtoC. Car si designers et architectes aiment partir d’une feuille blanche, les particuliers ont tendance à être submergés face à un choix trop vaste, conduisant à une paralysie décisionnelle. L’entrepreneure s’est donc attachée les services d’une directrice du design, dont le rôle consiste à faire de la curation et à accompagner les clients dans leurs projets, au travers de consultations gratuites. Enfin, le site internet a été conçu pour proposer une expérience utilisateur fluide, offrant notamment aux clients la possibilité de visualiser les différentes matières et les patterns sur chaque pièce de mobilier.

©The Inside

 

UN MODÈLE PEU VERTUEUX ?

Permettre aux particuliers d’acheter du mobilier de qualité, personnalisé, fabriqué dans le pays, à des coûts abordables et dans des délais rapides : cela ressemble à une prouesse. Pourtant, ce modèle pose également question. A l’instar de la fast-fashion, décriée pour ses caractéristiques éphémères et donc pour son impact environnemental, la fast-déco porte aussi en elle le gêne de l’obsolescence. Car renouveler son mobilier en fonction des tendances, c’est transformer un achat, autrefois durable, en un acte court-termiste. Un choix pas forcément en adéquation avec les préoccupations actuelles.