Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.
L'entreprise belge enVie s'est équipée d'une machine OKI pour imprimer elle-même ses étiquettes.

enVie : le sens de l’ét(h)iquette

La marque belge enVie produit des soupes à partir de surplus de légumes frais fournis par les agriculteurs belges, et fabriquées par des personnes en réinsertion après une période de chômage de longue durée. Récemment, l’entreprise sociale et solidaire s’est rapprochée du constructeur OKI et a investi dans une machine d’impression numérique pour concevoir elle-même ses étiquettes.

Toutes photos © enVie

 

En réaction à la pandémie de Covid-19, l’entreprise sociale et solidaire belge enVie a lancé le projet Robin Food. L’objectif : transformer les excédents alimentaires en produits sains et durables, accessibles aux personnes et aux familles vulnérables pendant la crise. Concrètement, enVie prépare des soupes à partir d’excédents de légumes frais fournis par les agriculteurs belges. Un projet qui favorise également la création d’emplois, en donnant aux chômeurs de longue durée la possibilité de retrouver du travail.

Mais l’opération a généré un besoin important et urgent d’étiquettes pour les bouteilles de soupe. Avant le projet Robin Food, enVie externalisait ses impressions : une solution coûteuse, imposant de longs délais et le gaspillage des étiquettes excédentaires. L’entreprise s’est donc rapprochée du constructeur de machine d’impression OKI et a investi dans une imprimante numérique cinq couleurs Pro1050, afin de produire elle-même ses étiquettes personnalisées, à la demande et sans gâche. « Externaliser était onéreux et inadapté à nos besoins d’impression. Nous commandions nos étiquettes en quantité industrielle pour limiter les coûts, mais nous en gâchions beaucoup, car nos recettes changent au gré des invendus. C’est pourquoi nous avons choisi OKI. Cette solution rapide et flexible nous permet de concevoir et d’imprimer en couleurs nos étiquettes directement sur le lieu de production. Nous pouvons ainsi modifier en quelques minutes les données variables de nos étiquettes, en générant moins de déchets, car nous en imprimons le nombre exact », explique Naomie Smith, directrice générale d’enVie.

 

JUSQU’À SIX RÉFÉRENCES SUR UNE MÊME SÉRIE

Le projet, qui avait débuté avec 20 000 litres de soupe, est monté jusqu’à 70 000 litres après une collecte de fonds. « Avec notre nouvelle imprimante, nous avons une souplesse totale pour imprimer des étiquettes colorées à la fois pour Robin Food et pour nos soupes enVie, poursuit Naomie Smith. Comme la machine peut imprimer neuf mètres par minute, nous pouvons sortir les étiquettes très rapidement. Nous avons gagné beaucoup de temps, en particulier pour le projet Robin Food : dès que la conception de l’étiquette est finalisée, nous pouvons lancer immédiatement l’impression. Avant, nous devions envoyer la maquette à l’imprimeur, attendre les épreuves, puis patienter à nouveau avant de recevoir les étiquettes imprimées ». Aujourd’hui, en fonction de ses besoins de production, enVie imprime, en flux tendu, environ 3500 étiquettes par semaine et jusqu’à six références différentes sur une même série. Un succès tel que même le roi de Belgique est entré en contact avec les équipes d’enVie pour se faire présenter le projet Robin Food !


L’INFO EN +

L’imprimante Pro1050 d’OKI associe la technologie LED numérique à la technologie de toner sec pour donner une nouvelle dimension couleur à l’impression d’étiquettes, en proposant une cinquième couleur avec l’option CMJN + Blanc. Adapté aux petites séries, le modèle Pro1050 permet d’imprimer sur une large gamme de médias et simplifie l’impression sur supports transparents ou colorés, en imprimant un fond blanc opaque sous l’image CMJN.

Journaliste diplômée de l’Institut de la Communication et des Médias (Grenoble) et de l’Université Jean Moulin (Lyon), Emmanuelle Hebert a exercé dans les secteurs de la presse et de la communication. Elle travaille depuis 2017, comme indépendante, en conseil éditorial et collabore depuis deux ans avec IC Le Mag.