Toujours pas abonné ?

Soyez inspiré en recevant tous les trimestres le magazine des Industries Créatives

Connexion abonnés

Mot de passe perdu ?

The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Commencez à taper votre recherche ci-dessus et appuyez sur 'Entrer' pour lancer la recherche. Appuyez sur 'Echap' pour annuler.

Initial Labo : quand l’impression photo sort du cliché

Repris en 2018 par le groupe Métropole, le laboratoire photo professionnel a pris, depuis deux ans, un virage décisif, pour retrouver le chemin des grandes expositions et des grands festivals. Un retour en grâce orchestré par Denise Zanet, directrice associée du groupe et fervente défenseure du travail des photographes.

 

On a cru un temps que le boom du tout numérique finirait par avoir la peau des labos photos. On s’est heureusement trompé. Pour ceux qui ont résisté et ont su se transformer à temps, comme Initial Labo, la tendance est en train de s’inverser, portée par un retour en grâce du tirage photo.

L’organisation de belles expositions en plein air, avec de grands photographes, a accompagné ce mouvement. Tout comme ce besoin d’avoir pour soi, et plus seulement sur ses réseaux sociaux, ses meilleurs clichés couchés sur un beau papier. Sans parler du boom de la déco personnalisée et de cette envie d’avoir désormais sur ses murs non plus l’énième image d’un taxi jaune new-yorkais récupérée sur une banque d’images, mais plutôt un bel objet imprimé, quasi unique !

 

Flash-back. Nous sommes en 2018. Alors que les difficultés financières s’amoncellent pour lui, le laboratoire photo professionnel Initial Labo est repris par le groupe Métropole, spécialiste de l’impression numérique et de l’impression 3G grand format. Créée en 1983, cette institution de l’avenue Jean-Baptiste Clément à Boulogne-Billancourt, qui a travaillé avec les plus grands photographes, a besoin d’un second souffle. Il viendra de Denise Zanet. La directrice associée du groupe Métropole nourrit de grandes ambitions pour le labo, avec l’envie d’en faire un haut lieu de la photographie.

 

 

En deux ans, l’entreprise effectivement reprend des couleurs.  Les locaux sont rénovés, transformés et accueillent désormais une galerie réservée aux expositions et à la vente d’œuvres photographiques, une librairie qui ne propose que des ouvrages sur la photo et les photographes, et une boutique, thématique elle-aussi, avec des éditions limitées d’objets et d’accessoires réalisées en collaboration avec des marques comme Caran d’Ache ou des créatrices comme Louise Camel.

 

« Au commencement, Initial Labo était un laboratoire photographique professionnel. Aujourd’hui, c’est un concept beaucoup plus riche entièrement dédié à l’univers de la photographie. Le particulier, comme le professionnel y a ses entrées, l’un pour faire une photo d’identité, l’autre pour discuter avec les tireurs du labo. Voire parfois l’inverse. Nous sommes aujourd’hui une boutique de quartier, un lieu culturel et un labo pro », raconte Denise Zanet.

 

 

Dans cette belle histoire, tout est une question d’émulation. « En ouvrant les portes du labo, nous voulons amener les gens à porter un regard neuf sur la photographie. Lorsqu’un photographe vient faire ses tirages chez nous, il commence par nous raconter comment et pourquoi il a fait sa photo. C’est essentiel et c’est ce que nous souhaitons ensuite transmettre à ceux qui viennent voir nos expos et acheter des tirages », explique Denise Zanet.

Ce travail de partage autour de l’art de la photographie ne vient pas de nulle part. Denise l’exerce déjà depuis de nombreuses années au sein de Métropole. L’imprimeur grand format est en effet le partenaire privilégié de l’entité Gares & Connexions de la SNCF qui réalise toutes les grandes expos photos que l’on peut voir dans les gares TGV en France. Des expositions entièrement scénarisées et imprimées par Métropole dans ses ateliers du Grand Paris. « L’arrivée d’Initial Labo au sein du groupe ne fait que renforcer notre expertise en nous apportant une brique supplémentaire qui est celle du tirage photo professionnel. Inversement, pour les photographes, c’est aussi l’opportunité de pouvoir dialoguer avec des spécialistes de la scénarisation d’espace capables de les aider à monter une exposition » précise Denise.

 

Exposition Wheels and Waves by François Darmigny / Initial Labo

 

Une mutualisation des forces qui se retrouvent déjà dans de nombreux projets : le festival de photojournalisme Visa pour L’Image, le projet « Résidence pour la photographie » de la Fondation des Treilles ou encore le festival Planches Contact de Deauville pour lequel tout le savoir-faire du groupe est engagé, de la conceptualisation des supports d’exposition à la production en elle-même.

 

« Depuis le début, j’ai trouvé chez Initial Labo, des partenaires attentifs et à l’écoute »
Jean-François Leroy, Co-fondateur de Visa pour l’Image.

 

« Pour mes projets, je cherche des équipes avec lesquelles je peux travailler en toute confiance, transparence et efficacité. Les experts d’Initial Labo réunissent ces qualités. Les expositions réalisées ensemble rencontrent toujours un grand succès ! »

Roxane N’Goma, Chef de projets Paris Match.

 

 

 

 

Tirage, impression, encadrement, finition, conception, conseil… l’expertise du labo est forte. Pour les tirages numériques sur papiers argentiques, l’atelier travaille sur une Durst Lambda, capable d’associer l’authenticité de l’argentique aux technologies numériques pour un rendu intemporel.

L’impression jet d’encre est assurée quant à elle par deux machines Epson, sur une large sélection de papiers Fuji, Hahnemühle ou Awagami. Une impression pigmentaire de très haute qualité, qui, selon les experts du labo, rattrape le tirage argentique et le dépasse même sur certain point.

Les tirages noir et blanc sont eux aussi réalisés sur une Epson dernière génération : une impression piezo qui combine sept nuances d’encres au charbon pour donner aux tirages une véritable âme de noir et blanc.

 

Une centaine de photographes professionnels travaillent aujourd’hui avec Initial Labo, tout comme de nombreux événements majeurs de la photographie tels que Paris Photo, Escales Photos, Festival Photo La Gacilly ou encore Les Rencontres d’Arles.

Pour poursuivre sa mission de valorisation du travail des photographes, Initial Labo s’engage aussi auprès d’institutions. Depuis deux ans, Denise Zanet participe ainsi au travail mené par le département des estampes de la Bibliothèque Nationale de France pour inscrire les œuvres d’une quarantaine de photographes contemporains brésiliens au sein du patrimoine inaliénable de la BnF, avec la volonté de monter à terme une grande exposition et d’éditer un catalogue de référence.

 

Mais pour l’heure, c’est la résistance qui s’organise pour pallier les effets du confinement, avec Noël en ligne de mire. Est annoncé l’ouverture d’un site de vente en ligne sur lequel on pourra acquérir de beaux tirages pigmentaires : des Matted Print  imprimés sur un papier Baryté Hahnemühle de 300 grammes, avec certificat d’authentification et passe-partout sur-mesure pour respecter le cadrage du photographe. Et ce, pour pas forcément plus cher que le taxi new-yorkais, l’émotion et le talent en plus !

 

 

 

Journaliste, Cécile Jarry suit depuis plus de dix ans l’actualité des secteurs des industries graphiques et créatives. Responsable veille & contenu chez 656 Editions, elle collabore aujourd’hui au magazine Industries Créatives. Ses sujets de prédilection : le design durable, l'éco-conception, la personnalisation ainsi que les dernières évolutions de l'industrie.